Lycopode des Alpes

Lycopodium alpinum L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Lycopodiales Famille : Lycopodiaceae Sous-Famille : Lycopodioideae Genre : Lycopodium

  • 1027
    observations

  • 21
    communes

  • 54
    observateurs

  • Première observation
    1992

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Diphasiastrum alpinum PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-11
Antoine Elodie - Auge Vincent - Balais Christian - Benoit Félix - Benoit Philippe - Berthollet Fabienne - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Boissier Jean-michel - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Bourgeois Marie-geneviève - Chastenet Antoine - Chastin Alain - Clement-guy Stéphanie - Corbet Thomas - Delahaye Thierry - Delpech René - Denise Cyril - Ferbayre Annie - Ferbayre Jean-paul - Fima Frédéric - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Herrmann Mylène - Hostein Colin - Imberdis Ludovic - Jordana Régis - Karum - A. Videau - Karum - J. Martin - Karum - L. Berard - Kozlik Isabelle - Lacosse Pierre - Langer Pascal - Maillet Thierry - Mele Stéphane - Mikolajczak Alexis - Modane Secteur - Morel Coralie - Moussiegt Karine - Pardi Jean-luc - Pellet Clarisse - Pellicier Philippe - Petitpas Antoine - Plumecocq Benjamin - Renaud Karine - Robert Jean-louis - Rocher Michel - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Storck Frantz - Suret Henri - Tonnelier Marie-laure - Valy Nicolas

Informations sur l'espèce

Le Lycopode des Alpes reste très discret dans les landes à éricacées où il pousse habituellement. Une tige rampante sur laquelle se dresse de petits rameaux fins, ramifiés, quadrangulaires, de quelques centimètres de haut et de couleur vert bleuâtre le distingue d’Huperzia selago et de Selaginella selaginoides, autres lycophytes plus communes en Vanoise. Les épis sporangifères, sessiles à l’extrémité des rameaux et en forme de petite massues de 1 à 2 cm de haut, virent au roux à l’automne, et permettent parfois de mieux repérer ce lycopode dans son environnement.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Cette plante pousse dans les petits espaces dénudés des landes à myrtilles et à rhododendrons ou dans les vides des pelouses écorchées qui accompagnent en mosaïque ces landes, toujours sur substrats acides. Elle ne supporte guère la densification du couvert végétal. Elle se rencontre en Vanoise aux étages subalpin et alpin entre 1700 m d’altitude (à Tignes) et 2495 m (à Bramans). Elle s’observe fréquemment en compagnie de divers lichens Cetraria islandica, Cetraria nivalis... et d’Huperzia selago, Astrantia minor, etc.
Distribution
Cette espèce se rencontre dans les régions tempérées et froides de l’hémisphère Nord. En France, elle est présente dans les différents massifs montagneux : Pyrénées, Massif central,Vosges, Alpes et Corse. Elle demeure rare et localisée, et même dans des biotopes favorables n’est observée que par places. En Vanoise, elle est principalement présente en Tarentaise où Gensac (1974) l’indiquait sur seulement trois communes (Saint-Bon, Pralognan-la-Vanoise et Tignes) ; elle est de nos jours répertoriée sur seize communes de la vallée avec localement des stations assez étendues comme à Sainte-Foy-Tarentaise ou aux Allues. Quelques stations ont été découvertes en Maurienne à Saint-André, Aussois, Bramans, Termignon et Bonneval-sur-Arc.
Menaces et préservation
Par sa distribution, principalement en dehors du cœur du Parc national de laVanoise, les populations de Diphasiastrum alpinum sont sensibles aux aménagements touristiques, en particulier ceux liés aux sports d’hiver. Par exemple, une population a été détruite en 2005 par la création d’une retenue d’altitude à Méribel. Cette destruction s’est accompagnée de la protection par Arrêté préfectoral de protection de biotope de deux petites tourbières au titre des mesures compensatoires. Inversement, à Sainte-Foy-Tarentaise, sous le col Granier, une étude d’impact approfondie a permis de préserver ces lycopodes de l’implantation de nouveaux pylônes de télésiège. Pour préserver cette espèce, il est essentiel de pouvoir prendre en compte sa présence en amont de tous nouveaux travaux. Diphasiastrum oellgaardii àrameaux plus aplatis que Diphasiastrum alpinum est connu en Haute-Savoie et est à rechercher en Vanoise.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Diphasiastrum alpinum (L.) Holub, 1975 | Diphasium alpinum (L.) Rothm., 1944 | Lycopodium alpinum subsp. cupressifolium (Opiz) Dostál, 1948 | Lycopodium complanatum subsp. alpinum (L.) Hook.f., 1870 | Lycopodium cupressifolium Opiz

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles