Astragale foetide, Oxytropis fétide

Oxytropis fetida (Vill.) DC., 1802

Classe : Equisetopsida Ordre : Fabales Famille : Fabaceae Sous-Famille : Papilionoideae Genre : Oxytropis

  • 219
    observations

  • 5
    communes

  • 25
    observateurs

  • Première observation
    1985

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Oxytropis fetida PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-09-14
Blanchemain Joël - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Borot Cynthia - Bourgeois Marie-geneviève - Bourgoin Virginie - Caratti Gérard - Chapel Ingrid - Deffrennes Benoît - Delahaye Thierry - Delpech René - Denise Cyril - Ferbayre Jean-paul - Grosset Félix - Hemeray Damien - Herrmann Mylène - Hostein Colin - Lacosse Pierre - Malrat Didier - Martineau Benoît - Mollard Maurice - Parchoux Franck - Perier Muzet Laurent - Richard Alain - Tissot Nathalie

Informations sur l'espèce

Par de belles journées estivales, l’Oxytropis fétide dégage une odeur forte qui permet souvent de le sentir avant de le voir ! Toutes les parties aériennes de la plante sont couvertes de petites glandes visqueuses qui diffusent une odeur peu agréable. La présence de ces glandes est un caractère morphologique qui distingue Oxytropis fetida des autres Oxytropis à fleurs jaunes ou blanches recensés en Vanoise. En complément, cette petite fabacée se caractérise par l’absence de tige : hampes et feuilles partent de la souche. Les feuilles se composent de quinze à vingt-cinq paires de folioles épaisses et à bord enroulé. La hampe, haute de 5 à 15 cm, porte une grappe de fleurs blanc-jaunâtre qui donneront des gousses renflées également pubescentes-glanduleuses.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
L’Oxytropis fétide s’observe sur les versants bien ensoleillés, dans les éboulis fins et les pentes rocailleuses aux étages subalpin et alpin. Il préfère les substrats calcaires ; en Vanoise, il s’observe préférentiellement sur les schistes lustrés comme dans Les Revers de Prariond àVal-d’Isère. Il colonise également les bancs de galets le long des torrents comme dans la vallée du Ribon à Bessans.
Distribution
Cette endémique ouest alpienne est présente en France, en Italie et en Suisse. Dans notre pays, Oxytropis fetida est recensé dans l’ensemble des départements alpins à l’exception de la Haute-Savoie. Toutes les populations savoyardes connues sont localisées en Vanoise et à Valloire. Sur le territoire du Parc, Gensac (1974) citait cet oxytropis sur seulement quatre communes ; il est actuellement répertorié sur huit communes de Maurienne et en Tarentaise à Val-d’Isère.
Menaces et préservation
Aucune menace spécifique à cette espèce n’est actuellement identifiée en Vanoise. Par son écologie - éboulis exposés au sud et fonds de vallons - les populations d’Oxytropis fetida sont sans doute moins affectées que d’autres par les aménagements touristiques de la montagne. Seule une petite partie des populations bénéficie de la protection du cœur du Parc et il est important de poursuivre l’inventaire et le suivi de cette espèce protégée.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aragallus foetidus (Vill.) Greene, 1897 | Astragalus fetidus Vill., 1779 | Phaca viscosa Clairv., 1811 | Spiesia fetida (Vill.) Kuntze, 1891

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles