Scandix Peigne-de-Vénus

Scandix pecten-veneris L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Apiales Famille : Apiaceae Genre : Scandix

  • 6
    observations

  • 3
    communes

  • 3
    observateurs

  • Première observation
    1991

  • Dernière observation
    2009
Titre Auteur
Scandix pecten-veneris PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-10-05
Delahaye Thierry - Modane Secteur - Mollard Maurice

Informations sur l'espèce

Cette ombellifère annuelle est la seule représentante de ce genre en Vanoise. Elle mesure 10 à 30 cm de haut. C’est en fruits qu’elle est la plus remarquable : ceux-ci, groupés en pinceaux, mesurent 1 cm de long et sont prolongés par un rostre de 4 à 6 cm ! La tige porte des feuilles plusieurs fois découpées en segments linéaires. Les ombelles simples ou à quelques rayons soutiennent des ombellules de petites fleurs blanches dont les pétales périphériques sont plus grands.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Scandix pecten-veneris est à l’origine une plante des balmes, des corniches et autres environnements rocheux. Elle a profité des terres régulièrement retournées et en particulier des moissons pour se développer. En Vanoise, où les moissons ont pratiquement disparu, elle persiste sur des talus, des terrains écorchés de préférence sur sols calcaires. Elle n’est plus guère connue au-delà de l’étage montagnard.
Distribution
Cette espèce du pourtour méditerranéen a une aire de distribution qui s’étend jusqu’à l’ouest de l’Himalaya. Présente jadis sur l’ensemble du territoire français, elle a presque disparu de la moitié nord. De même en Vanoise, Gensac (1974) l’indique comme assez répandue dans les cultures sur calcaire jusqu’à 1700 m d’altitude. Nous ne la connaissons de nos jours que sur trois communes de Maurienne : Saint-André, Modane et Aussois, de 1100 à 1400 m d’altitude.
Menaces et préservation
La disparition des moissons s’est accompagnée de l’extrême raréfaction des populations de Scandix pecten-veneris qui ne subsiste désormais que de façon très ponctuelle et fragile en Savoie. Aucune population de Vanoise ne semble prospère et pérenne à long terme. Seule une mise en place de cultures à des fins ethnobotaniques serait susceptible de voir se développer de nouvelles populations de Peigne de Vénus en Vanoise. La détermination de Scandix pecten-veneris en Vanoise reste à préciser au niveau infraspécifique. Les populations mauriennaises pourraient se rattacher à la subsp. hispanica.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Chaerophyllum pecten-veneris (L.) Crantz, 1767 | Myrrhis pecten-veneris (L.) All., 1785 | Pectinaria vulgaris Bernh., 1800 | Scandix acicularis Delarbre, 1800 | Scandix cretica Mill., 1768 | Scandix laevigata (Azn.) Stoj. & Stef., 1933 | Scandix pecten-veneris var. laevigata Azn. | Scandix pectinifera Stokes, 1812 | Scandix pectiniformis St.-Lag., 1880 | Scandix rostrata Salisb., 1796 | Scandix vulgaris Gray, 1821 | Scandix wilhelmsii C.Koch ex Boiss., 1872 | Selinum pecten E.H.L.Krause, 1904 | Wylia pecten-veneris (L.) Bubani, 1899

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles