Swertie pérenne, Swertie vivace

Swertia perennis L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Gentianales Famille : Gentianaceae Genre : Swertia

  • 1135
    observations

  • 9
    communes

  • 64
    observateurs

  • Première observation
    1976

  • Dernière observation
    2018
Titre Auteur
Swertia perennis PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-10-04
Auge Vincent - Bantin Louis - Baudin Eric - Bayard Nicolas - Benoit Félix - Benoit Philippe - Bergeron Jean-marie - Berthelot Pierre-jean - Berthollet Fabienne - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Boissier Jean-michel - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Bourgoin Virginie - Briotet Daniel - Brunel Marion - Chamonal Christophe - Corbet Thomas - Delahaye Thierry - Delpech René - Descaves Bruno - Dupuich Thierry - Ferrier Christophe - Gaudron Benoît - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Grosset Guy-noël - Imberdis Ludovic - Jullian Laurence - Karum - J. Martin - Karum - J.p. Falcy - Karum - L. Berard - Karum - N. Pons - Karum - O. Mauchard - Kozlik Isabelle - Lacosse Pierre - Langer Pascal - Lemmet Sandrine - Malrat Didier - Martinez Gérard - Meeus Guido - Mikolajczak A. - Mikolajczak Alexis - Modane Secteur - Mollard Maurice - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pellicier Philippe - Perrier Jacques - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Ratel Joseph - Renaud Karine - Richard Alain - Rutten Céline - Seignemartin Aurore - Storck Frantz - Termignon Secteur - Tissot Nathalie - Valy Nicolas - Vivat Agnès

Informations sur l'espèce

Cette gentianacée ne ressemble guère aux nombreuses gentianes qui fleurissent en Vanoise. La Swertie vivace a un port érigé, la tige mesure de 15 à 60 cm de haut et se termine par une inflorescence ramifiée. Les fleurs sont constituées de cinq sépales étroits et cinq pétales, d’un violet un peu triste avec des veines plus foncées, soudés à la base et étalés en étoile. Chaque pétale porte à la base deux glandes nectarifères noirâtres, ciliées. Les feuilles sont opposées, entières, les basales nettement pétiolées et les supérieures sessiles. Aux premières neiges, les tiges sèches restent encore bien visibles.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
La Swertie vivace est caractéristique des bas-marais alcalins (Caricion davallianae et Molinion caeruleae). Elle montre en Vanoise une nette préférence pour les étages subalpin et alpin, et s’aventure jusqu’à plus de 2500 m d’altitude à Aussois. Les espèces qui accompagnent classiquement cette espèce en Vanoise sont Parnassia palustris, Pinguicula vulgaris, Primula farinosa, etc.
Distribution
Swertia perennis est distribuée dans les principaux massifs montagneux, de la péninsule ibérique au Caucase. Elle est présente sur l’ensemble de la chaîne alpine. En France, elle est connue dans les Pyrénées, le Massif central, le Jura, la Bourgogne. Elle est indiquée historiquement en Vanoise dans seulement trois sites par Gensac (1974). Les connaissances actuelles confirment la rareté de cette espèce : elle est observée dans seulement une dizaine de communes du Parc national de la Vanoise et sur un petit nombre de localités. Seules Saint- Martin-de-Belleville et Les Allues en Tarentaise font exception ; les différents marais et tourbières de ces communes abritent en effet de nombreuses populations de Swertie vivace.
Menaces et préservation
Cette espèce est très sensible à toute modification exercée sur les marais et tourbières : drainage, remblais, mais aussi eutrophisation par apports d’eaux usées ou épandages. Ces atteintes peuvent avoir lieu lors d’aménagements liés aux sports d’hiver comme ce fut le cas en 2006 aux Allues. Le remplacement d’un télésiège a engendré des travaux détruisant une population de Swertia perennis. En compensation, la tourbière du plan des Mains a été protégée par un Arrêté préfectoral de protection de biotope. Seule une prise en compte des zones humides en amont des projets d’aménagement pourra permettre d’assurer la préservation des différentes populations de cette espèce. Le genre Swertia doit son nom au naturaliste néerlandais Emmanuel Sweert (1552-1612), auteur d’un Florilegium comportant de nombreuses planches en couleur et publié en 1612.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Blepharaden perennis (L.) Dulac, 1867 | Gentiana palustris All., 1785 | Gentiana paniculata Lam., 1779 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles