Silène fausse Mousse

Silene acaulis subsp. bryoides (Jord.) Nyman, 1878

Classe : Equisetopsida Ordre : Caryophyllales Famille : Caryophyllaceae Genre : Silene Espèce : Silene acaulis
Chargement...

  • 128
    observations

  • 16
    communes

  • 25
    observateurs

  • Première observation
    1998

  • Dernière observation
    2022
Auge Vincent - Bergeron Jean-marie - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Boccon-gebeaud Camille - Boissier Jean-michel - Bonsacquet Lionel - Burkhart Julie-anne - Delahaye Thierry - Draperi Marion - Faivre Thierry - Gillot Philippe - Jean-michel Boissier - Koch Bernard - Lacosse Pierre - Laurency Sabine - Mathieu Julien - Parchoux Franck - Perier Muzet Laurent - Plumecocq Benjamin - Rocher Michel - Roland Théaud - Sagot Clotilde - Thierry Delahaye - Tissot Nathalie
  • Parc national de la Vanoise
    Participation à 119 Observations
    Part d'aide à la prospection : 92.97 %

    Fiche organisme

  • Office Français de la Biodiversité
    Participation à 15 Observations
    Part d'aide à la prospection : 11.72 %

    Fiche organisme

  • Autre
    Participation à 2 Observations
    Part d'aide à la prospection : 1.56 %

    Fiche organisme

Informations espèce

Souvent confondue avec la silène acaule, elle se présente comme une touffe de mousse verte, piquetée de petites fleurs rose intense à 5 pétales. Cette sous-espèce présente cependant des coussins bien plus denses, et surtout la fleur ne possède quasiment pas de tige, à la différence de la silène acaule, qui contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser (acaule=sans tige) possède un pédoncule.
Espèce pionnière, la particularité de cette plante réside dans sa capacité à coloniser les roches nues des milieux les plus inhospitaliers d'altitude.
Sa forme en coussinet est une adaptation morphologique qui lui permet de résister au vents et aux mouvements de terrain.
Il règne également au sein de ce coussinet un microclimat plus favorable aux activités biologiques que celui rencontré à l'extérieur.
Source : Parc national de la Vanoise
Comme beaucoup de fleurs de très haute altitude, les fleurs de la silène acaule présentent une couleur très vive ! Ceci s'explique par une forte concentration de pigments protecteurs qui vont jouer un rôle de filtre contre les ultraviolets, très intenses à ces altitudes. D'autre part, la période de pollinisation étant très courte, les fleurs très petites, il est important de se faire voir pour assurer une reproduction rapide en attirant les insectes.
Autre fait remarquable, cette plante possède une croissance très lente et par conséquent une longévité exceptionnelle pour une plante herbacée.
Un coussinet d'un mètre de diamètre peut ainsi être pluricentenaire. Cette particularité permet aux scientifiques étudiant les glaciers, d'utiliser la silène comme un marqueur fiable de l'évolution du climat.
Plante pionnière, on va la retrouver sur les terrains rocailleux : moraines, éboulis consolidés, rochers abrupts entre 1800 et 3700 m d'altitude.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Silene acaulis proles bryoides (Jord.) Rouy & Foucaud, 1896 | Silene acaulis proles exscapa (All.) Rouy & Foucaud, 1896 | Silene acaulis subsp. exscapa (All.) Killias, 1888 | Silene acaulis subsp. exscapa (All.) Vierh., 1901 | Silene acaulis subsp. norica Vierh., 1901 | Silene acaulis var. bryoides (Jord.) Willk., 1852 | Silene acaulis var. exscapa (All.) Cariot & St.-Lag., 1889 | Silene bryoides Jord., 1852 | Silene exscapa All., 1785 | Silene exscapa subsp. norica (Vierh.) O.Schwarz, 1949 | Silene norica (Vierh.) Dalla Torre & Sarnth., 1909

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles