Gypaète barbu

Gypaetus barbatus (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Accipitriformes Famille : Accipitridae Genre : Gypaetus

  • 396
    observations

  • 20
    communes

  • 58
    observateurs

  • Première observation
    1996

  • Dernière observation
    2019
Anselmet Roselyne - Antoine Elodie - Arsac Thierry - Balais Christian - Benoit Félix - Benyoub Abdelbaki - Beurier Mathieu - Bidat Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Borrel Michel - Bregeon Sébastien - Bruballa David - Brégeon Sébastien - Caillot Yoann - Chastin Alain - Corbet Thomas - Debay Pauline - Deffrennes Benoît - Delorme Michaël - Deroussin Jean-françois - Draperi Marion - Ferbayre Jean-paul - Ginollin Baptiste - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Grillot Vanessa - Hagry Valerie - Henry Elodie - Herrmann Mylène - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Lacosse Pierre - Laurency Sabine - Malrat Didier - Mele Stéphane - Modane Secteur - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pardi Jean-luc - Pellet Clarisse - Perier Muzet Laurent - Plumecocq Benjamin - Rannou Gwendal - Renaud Karine - Reverdy Jean-claude - Rocher Michel - Rutten Céline - Seignemartin Aurore - Simond Jacques - Storck Frantz - Suret Henri - Tanga Olivier - Tissot Nathalie - Vanmarcke Pierre-jean

Informations sur l'espèce

Le gypaète barbu fait partie des rapaces nécrophages. C'est le plus grand des vautours d'Europe avec une envergure pouvant atteindre 2,80 m. Ses ailes larges et pointues et surtout sa queue cunéiforme rendent facile son identification. Les deux sexes sont semblables, mais la femelle est plus grande que le mâle (comme chez la majorité des rapaces). Il tire son nom de « barbu » des petites plumes qui pendent de part et d'autre sous son bec et qui forment une sorte de « barbichette » noire.

Source : Parc national des Ecrins

Le gypaète barbu a pour particularité de consommer en grande majorité des os. Pour les plus gros, il les emportent et les lâchent dans des pierriers pour qu'ils se cassent… D'où son nom de « casseur d'os » (Quebrantahuesos en espagnol). Pour couvrir ses besoins alimentaires, il a besoin de milieux riches en ongulés sauvages et domestiques. L'espèce niche dans les milieux rupestres de haute altitude. Elle est très sensible au dérangement à proximité du nid. Il faut pour cela respecter une « bulle » de quiétude d'au minimum 500 m autour de l'aire en période de reproduction (novembre à aout) Le gypaète barbu avait quasiment disparu d'Europe. Un programme de réintroduction initié dans les années 1980-90 a permis d'enrayer son déclin. Les effectifs sont en lente augmentation. Le parc national de la Vanoise compte aujourd’hui 6 couples reproducteurs.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Vultur barbatus Linnaeus, 1758

Video (3)


Marie-Antoinette ou l'histoire de la réintroduction du gypaète barbu

Carnet rose des gypaètes barbus de Vanoise

Accouplement du couple de gypaètes barbus des gorges du Doron à Termignon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles