Grand-duc d'Europe

Bubo bubo (Linnaeus, 1758)


Classe : Aves Ordre : Strigiformes Famille : Strigidae Genre : Bubo

  • 169
    observations

  • 11
    communes

  • 50
    observateurs

  • Première observation
    1975

  • Dernière observation
    2021
Anselmet Roselyne - Balais Christian - Bantin Louis - Benoit Félix - Benyoub Abdelbaki - Berthollet Fabienne - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bouche Michel - Bregeon Sébastien - Bruballa David - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Dematteis Michel - Empereur-buisson Caroline - Erba Pascal - Etievant Jean-luc - Ferbayre Jean-paul - Fima Frédéric - Flandin Henri - Garnier Alexandre - Gaudron Benoît - Ginollin Baptiste - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Grillot Vanessa - Grosset Félix - Hagry Valerie - Herrmann Mylène - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Langer Pascal - Laurency Sabine - Mele Stéphane - Mollard Maurice - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pardi Jean-luc - Pellet Clarisse - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Rannou Gwendal - Rocher Michel - Seignemartin Aurore - Tardivet Chloé - Tissot Nathalie - Trouillet Séverine - Vanmarcke Pierre-jean

Informations sur l'espèce

Le grand-duc d'Europe est le plus gros des rapaces nocturnes européens. Il se distingue d'abord par sa taille, ses grandes aigrettes de plumes et son chant grave et bitonal. C'est un super prédateur au régime alimentaire varié qui comprend aussi bien des rongeurs, des petits carnivores que des oiseaux ou des poissons qu'il chasse dans les habitats les plus divers à l'exception des milieux trop fermés. Il niche le plus souvent en falaise.

Source : Parc national des Ecrins

Dans les milieux ouverts ou les boisements clairs, ce grand rapace nocturne aux longues aigrettes et aux yeux orange part en chasse à la tombée de la nuit, d’un vol puissant et silencieux. Opportuniste, il consomme surtout des petits mammifères, mais aussi des oiseaux (y compris d’autres rapaces, diurnes ou nocturnes), et si nécessaire des amphibiens, des poissons ou des invertébrés. Persécuté jusqu’au milieu du xxe siècle, le grand-duc d’Europe s’est réfugié en montagne, aux abords des zones rocheuses. Il niche jusque vers 2 000 m, souvent en falaise, dans une cavité ou sur une vire abritée par la végétation. Quand revient l’automne, ses hululements graves et profonds résonnent dès la tombée de la nuit.
« Extrait de : Traces et indices des animaux de montagne. Glénat / Parc national de la Vanoise »
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Bubo bubo bubo (Linnaeus, 1758) | Bubo bubo hispaus Rothschild & Hartert, 1910 | Bubo maximus Flemm. | Strix bubo Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles