Torcol fourmilier

Jynx torquilla Linnaeus, 1758

Classe : Aves Ordre : Piciformes Famille : Picidae Genre : Jynx

  • 240
    observations

  • 20
    communes

  • 54
    observateurs

  • Première observation
    1993

  • Dernière observation
    2019
Balais Christian - Bardet Olivier - Belleau Eric - Benard Julien - Beurier Mathieu - Birot Colomb Xavier - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonnevie Danièle - Borrel Michel - Bouron Manuel - Caillot Yoann - Cattagni Marie - Chantry Emily - Corail Marc - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Delahaye Thierry - Deliry Cyrille - Desjacquot Claudie - Draperi Marion - Etievant Jean-luc - Ferbayre Jean-paul - Foxonet Hugo - Garnier Alexandre - Gotti Christophe - Grosset Guy-noël - Gueguen Fabrice - Guelin François - Guenescheau Yvon - Hahn Jérémie - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Kim Alain - L'herpiniere Chiara - Lacosse Pierre - Laluque Olivier - Laporte Olivier - Malrat Didier - Montadert Marc - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pietrenko Nicolas - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Rousseau David - Rutten Céline - Seignemartin Aurore - Storck Frantz - Suret Henri - Tardivet Chloé - Tissot Nathalie - Trochard Gilles - Vanmarcke Pierre-jean

Informations sur l'espèce

Le torcol fourmilier est un oiseau de la famille des picidés au dessus gris et brun moucheté de noir et de gris, à la gorge ocre et au ventre blanc crème, tachetés de noir. Il a de grandes bandes sombres au niveau de l'oeil ainsi qu'une sur le dos. La parfaite tenue pour passer inaperçu sur les branches d'un arbre ! Migrateur, il fait entendre son chant sonore et nasillard dès avril dans les vergers, bocages et bois jusqu'à 1 800 m.

Source : Parc national des Ecrins

Cet oiseau doit son nom à sa manière d'étirer et de tordre son cou dans différentes circonstances : parades nuptiales, alertes, où il l'allonge et le tord alors démesurément en hérissant une crête de plumes. Fourmilier car il se nourrit principalement de fourmis qu'il attrape au sol ou dans les crevasses de troncs, à l'aide d'une longue langue collante. S'il niche dans les cavités d'arbres, il ne les fore pas lui-même comme les autres picidés desquels il se distingue d'ailleurs de bien des façons : il n'est pas plus gros qu'une grive, a un vol peu onduleux et ne grimpe pas le long des troncs en s'appuyant sur sa queue. Un original !

Source : Parc national des Ecrins

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Jynx torquilla torquilla Linnaeus, 1758 | Jynx torquilla tschusii Kleinschmidt, 1907

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles