Hirondelle de rochers

Ptyonoprogne rupestris (Scopoli, 1769)


Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Hirundinidae Genre : Ptyonoprogne

  • 891
    observations

  • 25
    communes

  • 63
    observateurs

  • Première observation
    1993

  • Dernière observation
    2021
Antoine Elodie - Arsac Thierry - Balais Christian - Benoit Félix - Benyoub Abdelbaki - Berthollet Fabienne - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Brégeon Sébastien - Caillot Yoann - Chastin Alain - Corbet Thomas - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Descaves Bruno - Empereur-buisson Caroline - Etievant Jean-luc - Ferbayre Jean-paul - Fima Frédéric - Garnier Alexandre - Ginollin Baptiste - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Grillot Vanessa - Hagry Valerie - Herrmann Mylène - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Lacosse Pierre - Langer Éric - Laurency Sabine - Lemmet Sandrine - Malrat Didier - Martinot Jean-pierre - Meeus Guido - Mele Stéphane - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pardi Jean-luc - Pellet Clarisse - Perier Muzet Laurent - Perier-muzet Laurent - Petitpas Antoine - Pichillou Simon - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Rannou Gwendal - Rocher Michel - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Storck Frantz - Suret Henri - Tardivet Chloé - Tissot Nathalie - Tonnelier Marie-laure - Tournier Aila - Trouillet Séverine - Vanmarcke Pierre-jean

Informations sur l'espèce

L'hirondelle de rocher est un hirundinidé de taille moyenne à la silhouette trapue. Le dos est gris brun, la poitrine et le ventre beiges. Les petites taches blanches sur la queue ainsi que l'absence de bande pectorale foncée, permettent de la différencier de l'hirondelle de rivage avec qui la confusion est facile. C'est la plus commune en altitude où elle colonise les falaises pour y construire son nid.

Source : Parc national des Ecrins

Son aire de répartition est au sud d'une diagonale Pyrénées atlantiques - Jura. Parmi les hirondelles, c'est la seule qui est présente toute l'année en France. Du nord de l'aire de répartition, elles migrent vers la côte méditerranéenne où elles retrouvent les sédentaires. En montagne, elles sont migratrices partielles et observables de février à octobre dans les Ecrins.

Source : Parc national des Ecrins

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Hirundo rupestris Scopoli, 1769 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles