Accenteur alpin

Prunella collaris (Scopoli, 1769)

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Prunellidae Genre : Prunella

  • 974
    observations

  • 24
    communes

  • 64
    observateurs

  • Première observation
    1996

  • Dernière observation
    2019
Anselmet Roselyne - Antoine Elodie - Arsac Thierry - Balais Christian - Benoit Félix - Benyoub Abdelbaki - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Caillot Yoann - Chapel Ingrid - Chastin Alain - Clement-guy Stéphanie - Corbet Thomas - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Delahaye Thierry - Delorme Michaël - Delrieu Nicolas - Empereur-buisson Caroline - Ferbayre Jean-paul - Garnier Alexandre - Ginollin Baptiste - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Grillot Vanessa - Grosset Guy-noël - Hagry Valerie - Herrmann Mylène - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Lacosse Pierre - Langer Éric - Laurency Sabine - Lemmet Sandrine - Malrat Didier - Mele Stéphane - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pardi Jean-luc - Pellet Clarisse - Perier Muzet Laurent - Perier-muzet Laurent - Petitpas Antoine - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Rannou Gwendal - Renaud Karine - Rocher Michel - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Seignemartin Aurore - Storck Frantz - Suret Henri - Tanga Olivier - Tardivet Chloé - Tissot Nathalie - Tonnelier Marie-laure - Trouillet Séverine - Vanmarcke Pierre-jean

Informations sur l'espèce

Typique de la haute montagne, l'accenteur alpin est un passereau robuste de la famille des prunellidés. Son plumage, gris sur le dessus, est rayé de noir. Ses flancs roux sont caractéristiques. Peu farouche, il est facilement observable dans les prairies alpines où il y trouve une alimentation variée : invertébrés, graines et baies. La rudesse de l'hiver le contraint à descendre dans les vallées, voire jusqu'au littoral.

Source : Parc national des Ecrins

L'accenteur alpin se démarque de tous les autres oiseaux d'Europe par sa stratégie de reproduction. Il pratique en effet la polygynandrie qui consiste en l'accouplement de plusieurs mâles avec plusieurs femelles. Une fois ces regroupements familiaux formés, tous les mâles défendent le territoire et assistent les femelles pour l'élevage des jeunes.

Source : Parc national des Ecrins

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Laiscopus collaris | Sturnus collaris Scopoli, 1769

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles