• 604
    observations

  • 25
    communes

  • 65
    observateurs

  • Première observation
    1998

  • Dernière observation
    2022
Antoine Elodie - Arsac Thierry - Balais Christian - Benoit Félix - Benyoub Abdelbaki - Berthollet Fabienne - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Borrel Michel - Bregeon Sébastien - Brunet Clement - Caillot Yoann - Chapel Ingrid - Chastin Alain - Corbet Thomas - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Delorme Michaël - Deroussin Jean-françois - Empereur-buisson Caroline - Erba Pascal - Etievant Jean-luc - Faivre Thierry - Ferbayre Jean-paul - Fima Frédéric - Garnier Alexandre - Ginollin Baptiste - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Hagry Valerie - Herrmann Mylène - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Lacosse Pierre - Lefrancois Olivier - Lemmet Sandrine - Magnolon Séverine - Malrat Didier - Martinot Jean-pierre - Mele Stéphane - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pardi Jean-luc - Pellet Clarisse - Petitpas Antoine - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Ranieri Rose - Rannou Gwendal - Renaud Karine - Rocher Michel - Rony Thibault - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Seignemartin Aurore - Storck Frantz - Suret Henri - Tissot Nathalie - Tonnelier Marie-laure - Vanmarcke Pierre-jean

Informations sur l'espèce

La grive draine est un turdidé de grande taille à l'aspect « rondouillard ». Elle a le plumage dorsal gris brun clair et la poitrine, le ventre et les flancs de couleur crème très largement parsemé de taches noires arrondies. Le dessous des ailes est blanc-argenté et la queue apparaît longue en vol. Sa grande taille et le dessous des ailes blanchâtres permettent de la différencier de la grive musicienne (Turdus philomenos).

Source : Parc national des Ecrins

Sur le territoire du Parc national des Ecrins, on peut l'observer tout au long de l'année, de préférence dans les zones de moyenne altitude, dans les forêts ouvertes, à proximité de clairières et de prairies. La grive draine recherche des arbres hauts pour nicher et des prairies pour s'alimenter d'insectes, de lombrics, d'escargots ou encore de graines et fruits en hiver (le gui en particulier). Son chant précoce annonce le printemps. En hiver, des groupes d'oiseaux d'Europe du nord rejoignent les populations nicheuses et forment alors de grands regroupements sonores dans les forêts de l'étage montagnard.

Source : Parc national des Ecrins

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Turdus viscivorus deichleri Erlanger, 1897 | Turdus viscivorus reiseri Schiebel, 1911 | Turdus viscivorus viscivorus Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles