Mustela erminea Linnaeus, 1758

Classe : Mammalia Ordre : Carnivora Famille : Mustelidae Sous-Famille : Mustelinae Genre : Mustela

  • 655
    observations

  • 24
    communes

  • 81
    observateurs

  • Première observation
    1994

  • Dernière observation
    2022
Antoine Elodie - Arsac Thierry - Balais Christian - Bechet Lucas - Benoit Félix - Benyoub Abdelbaki - Berthollet Fabienne - Beurier Mathieu - Bidat Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Boccon-gebeaud Camille - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Borrel Michel - Boudier Pierre - Bruballa David - Brunet Clement - Brégeon Sébastien - Caillot Yoann - Chastin Alain - Clement-guy Stéphanie - Corbet Thomas - Coulombier Justine - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Delahaye Thierry - Delorme Michaël - Delrieu Nicolas - Empereur-buisson Caroline - Erba Pascal - Etievant Jean-luc - Ferbayre Jean-paul - Fima Frédéric - Garnier Alexandre - Ginollin Baptiste - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Grillot Vanessa - Grosset Guy-noël - Hagry Valerie - Henry Elodie - Herrmann Mylène - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Lacosse Pierre - Lanari Claire - Langer Éric - Laurency Sabine - Lefrancois Olivier - Lemmet Sandrine - Magnolon Séverine - Malrat Didier - Mele Stéphane - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pardi Jean-luc - Pellet Clarisse - Perier Muzet Laurent - Pichillou Simon - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Prime Amanda - Rannou Gwendal - Renaud Karine - Reverdy Jean-claude - Rocher Michel - Rony Thibault - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Seignemartin Aurore - Seve Victor - Storck Frantz - Suret Henri - Tanga Olivier - Thierry Delahaye - Tissot Nathalie - Tonnelier Marie-laure - Vanmarcke Pierre-jean

Informations sur l'espèce

Un peu plus grande que la belette, l’hermine s’en distingue également par une queue plus longue, terminée par un pinceau de poils noirs, même en hiver, lorsque sa fourrure a viré au blanc.
« Extrait de : Traces et indices des animaux de montagne. Glénat / Parc national de la Vanoise »
Débordante d’activité, elle dépense une telle énergie qu’elle doit chasser sans relâche. Elle peut croquer quelques oiseaux ou levrauts, mais se nourrit surtout de campagnols, qu’elle traque jusque dans leurs galeries ou sous le manteau neigeux en hiver.
Elle fréquente les espaces relativement ouverts, des forêts claires aux pierriers, parfois à plus de 3 000 m d’altitude.
« Extrait de : Traces et indices des animaux de montagne. Glénat / Parc national de la Vanoise »
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aucun synonyme pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles