Lièvre d'Europe

Lepus europaeus Pallas, 1778

Classe : Mammalia Ordre : Lagomorpha Famille : Leporidae Genre : Lepus

  • 433
    observations

  • 25
    communes

  • 53
    observateurs

  • Première observation
    1998

  • Dernière observation
    2019
Antoine Elodie - Arsac Thierry - Auge Vincent - Balais Christian - Benoit Félix - Benyoub Abdelbaki - Bergeron Jean-marie - Berthollet Fabienne - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Borrel Michel - Caillot Yoann - Chastin Alain - Corbet Thomas - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Delorme Michaël - Empereur-buisson Caroline - Erba Pascal - Etievant Jean-luc - Ferbayre Annie - Ferbayre Jean-paul - Fima Frédéric - Gaudron Benoît - Ginollin Baptiste - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Herrmann Mylène - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Kozlik Isabelle - Lacosse Pierre - Langer Éric - Magnolon Séverine - Malrat Didier - Martinot Jean-pierre - Mele Stéphane - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pardi Jean-luc - Pellet Clarisse - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Storck Frantz - Suret Henri - Tardivet Chloé - Tissot Nathalie - Tonnelier Marie-laure

Informations sur l'espèce

Le lièvre d’Europe, est un lagomorphe ! Morphologiquement proche du lapin de garenne, il s’en distingue par un corps plus grand et longiligne, des oreilles plus longues et noires aux extrémités et le dessus de la queue noire. Il ne construit pas de terrier mais se repose dans un gîte, dépression qu’il creuse dans le sol ou sous de grandes herbes. Animal de plaine, on le trouve aussi en montagne jusqu’à 2 000 m. Il côtoie alors le lièvre variable, plus petit et qui prend un pelage blanc en hiver.

Source : Parc national des Ecrins

Le lièvre brun se nourrit de plantes herbacées sauvages, végétaux cultivés, racines (betteraves), fruits, graines mais aussi bourgeons et rameaux de jeunes arbres. Afin de profiter au mieux des qualités nutritionnelles de ces aliments, il réingère certaines de ses crottes, molles et émises pendant la nuit, afin de les « digérer » à nouveau. Ce deuxième passage dans le tube digestif permet une meilleure décomposition de la cellulose et l’absorption de nutriments comme les vitamines B. On parle de caecotrophie. Originaire d’Europe et d’Asie, il a été introduit en Afrique, en Amérique du nord, en Amérique du sud et en Océanie.

Source : Parc national des Ecrins

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Lepus capensis auct. | Lepus capensis europaeus | Lepus cyanotis Blanchard, 1957 | Lepus europaeus creticus Barret-Hamilton, 1903 | Lepus europaeus cyprius Barret-Hamilton, 1903 | Lepus europaeus ghigii de Beaux, 1927 | Lepus europaeus mediterraneus Wagner, 1841 | Lepus hispanicus | Lepus hybridus | Lepus karpathorum | Lepus meridionalis | Lepus occidentalis | Lepus parnassius | Lepus pyrenaicus | Lepus tesquorum | Lepus transsylvanicus

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles