Chou étalé, Érucastre étalé

Brassica repanda (Willd.) DC., 1821

Classe : Equisetopsida Ordre : Brassicales Famille : Brassicaceae Genre : Brassica

  • 22
    observations

  • 3
    communes

  • 7
    observateurs

  • Première observation
    1991

  • Dernière observation
    2017
Titre Auteur
Brassica repanda PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-06
Blanchemain Joël - Bonnevie Danièle - Delahaye Thierry - Gotti Christophe - Moussiegt Karine - Ratel Joseph - Storck Frantz

Informations sur l'espèce

Ce chou a une morphologie très caractéristique : c’est une plante vivace formant de petites touffes desquelles partent les tiges florifères qui ont la particularité d’être prostrées, couchées à même le sol. Ces tiges de 5 à 15 cm de longueur sont nues, sans feuille, portant une à huit fleurs jaunes, assez grandes, disposées en corymbe. Les feuilles basales, charnues et brillantes sont sinuées-dentées. À la périphérie de la touffe se trouvent souvent les feuilles mortes et desséchées des années antérieures.

Source : Parc national de la Vanoise

Écologie et habitats
Le Chou étalé pousse dans un milieu bien caractéristique formé d’éboulis fins, marneux ou calcaires, aux étages subalpins et alpins, entre 2000 et 2600 m d’altitude. Il s’observe en Vanoise préférentiellement en orientation sud dans des communautés végétales s’inscrivant dans l’alliance du Thlaspion rotundifolii. Il est également connu sur substrat gypseux érodé en Haute-Maurienne. Comme d’autres plantes des éboulis de haute montagne, il se retrouve occasionnellement, souvent de manière fugace, à plus basse altitude sur des lits et graviers des rivières.
Distribution
La sous-espèce nominale du Chou étalé (Brassica repanda subsp. repanda) est endémique de l’ouest des Alpes, présente uniquement en France et en Italie. Les stations de Vanoise sont les plus septentrionales recensées en France. Dans les Alpes du Sud il est plus largement représenté. En Savoie, c’est une plante plutôt rare, présente de façon ponctuelle en Maurienne de Saint-Julien-Mont-Denis à Bramans ainsi que dans la vallée de l’Arvan, vers le col du Galibier également à Saint-Martin et Saint-Jean-de-Belleville. Historiquement non signalé en Vanoise (Perrier de la Bâthie, 1917 ; Gensac, 1974) le Chou étalé a été découvert par les agents du Parc national de la Vanoise à Aussois, Bramans, Sollières-Sardières et Saint-Martin-de- Belleville.
Menaces et préservation
En Savoie, le Chou étalé figure sur la liste rouge départementale comme espèce vulnérable du fait que ses stations sont peu nombreuses et restreintes, cependant, il ne semble pas y avoir de menaces de disparition à court terme. Le surpâturage et le piétinement notamment par les ovins pourraient lui être préjudiciables.

Source : Parc national de la Vanoise

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aucun synonyme pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles