Drave de Hoppe

Draba hoppeana Rchb., 1828

Classe : Equisetopsida Ordre : Brassicales Famille : Brassicaceae Genre : Draba

  • 141
    observations

  • 10
    communes

  • 28
    observateurs

  • Première observation
    1996

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Draba hoppeana PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-11
Anselmet Roselyne - Balais Christian - Blanchemain Joël - Bonnevie Danièle - Bouche Michel - Deffrennes Benoît - Delahaye Thierry - Denise Cyril - Etievant Jean-luc - Ferbayre Annie - Ferbayre Jean-paul - Grillot Vanessa - Hemeray Damien - Imberdis Ludovic - Issautier Anne-marie - Jean-michel Boissier - Laurency Sabine - Lefrancois Olivier - Maillet Thierry - Mikolajczak A. - Mikolajczak Alexis - Modane Secteur - Mollard Maurice - Pellicier Philippe - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Richard Alain - Roland Théaud

Informations sur l'espèce

La Drave de Hoppe forme des petites rosettes de feuilles linéaires et ciliées au centre desquelles se dresse une courte tige se terminant par une grappe compacte de fleurs jaunes donnant naissance à des silicules lancéolées. Ces seuls éléments descriptifs ne permettent pas de différencier Draba hoppeana de Draba aizoides. Quelques mesures s’imposent : la tige de Draba hoppeana ne dépasse pas 3 cm de haut, les feuilles 1 cm de long et les pédicelles 2 mm de long. Mais surtout la longueur du style atteint seulement 1 mm et est inférieur à la largeur de la silicule.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
La Drave de Hoppe a été retenue pour nommer les groupements végétaux des éboulis de calcschistes de l’étage alpin : le Drabion hoppeanae. Ces éboulis présentent des roches débitées en plaquettes avec des matériaux fins abondants qui contribuent à stabiliser l’ensemble et à conserver une certaine humidité. Dans ces éboulis nous trouvons également en Vanoise Gentiana schleicheri, Saxifraga muscoides sans oublier Artemisia genepi !
Distribution
Draba hoppeana est une endémique des Alpes, plus répandue à l’est de la chaîne. En France, elle n’est connue que des deux départements savoyards et des Hautes-Alpes. En Haute- Savoie, elle n’a été revue que dans une unique localité (Jordan & Farille, 2006). Sa découverte est récente dans les Hautes- Alpes où elle est également très rare (Chas & al., 2006). Un peu plus fréquente en Savoie, elle est recensée vers le col du Galibier et en Vanoise. Non indiquée dans ce massif par Gensac (1974), la Drave de Hoppe est actuellement repérée sur une dizaine de communes du Parc national de la Vanoise. Les populations les plus importantes sont localisées à Tignes, Val-d’Isère et Bonneval-sur-Arc.
Menaces et préservation
La Drave de Hoppe est seulement menacée par la destruction ou la dégradation de son habitat. Cette menace est atténuée en Vanoise par le fait que les principales populations sont protégées par le cœur du Parc national et la Réserve naturelle nationale de la Grande Sassière. Une exclusion des troupeaux domestiques des éboulis de calcschistes d’altitude, dénué d’intérêt pastoral, est hautement souhaitable pour préserver la flore de ce milieu.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Draba aizoides proles zahlbruckneri (Host) Rouy & Foucaud, 1895 | Draba aizoides subsp. zahlbruckneri (Host) Bonnier, 1912 | Draba zahlbruckneri Host, 1831

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles