Gentiane croisette

Gentiana cruciata L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Gentianales Famille : Gentianaceae Genre : Gentiana

  • 167
    observations

  • 8
    communes

  • 27
    observateurs

  • Première observation
    1988

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Gentiana cruciata PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-17
Abel Pierre - Auge Vincent - Balais Christian - Bergeron Jean-marie - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bourgeois Marie-geneviève - Chapel Ingrid - Delahaye Thierry - Draperi Marion - Gerardin Daniel - Gotti Christophe - Herrmann Mylène - Imberdis Ludovic - Lacosse Pierre - Malrat Didier - Mollard Maurice - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pellicier Philippe - Ployer Jean-yves - Rocher Michel - Rutten Céline - Seignemartin Aurore - Suiffet Gilbert - Tissot Nathalie

Informations sur l'espèce

La Gentiane croisette pousse en touffes de taille moyenne de 10 à 40 cm de haut. Elle porte sur ses tiges des fleurs d’un bleu violacé, groupées au sommet et à l’aisselle des feuilles supérieures. Les corolles en trompette, caractéristiques de nombreuses gentianes, sont constituées de quatre pétales soudés se terminant en quatre lobes triangulaires. Ses grandes feuilles coriaces et lancéolées, opposées et décussées, en forme de croix vues de dessus, lui ont valu son nom d’espèce. À l’état végétatif, il est possible de la confondre avec Saponaria officinalis. Parmi les gentianes, le risque de confusion reste limité à la Gentiane à feuilles d’asclépiade, plus haute, nettement moins touffue et dont les corolles tubuleuses en cloche, d’un bleu plus clair, se terminent par cinq lobes ovales aigus.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
C’est une espèce de l’étage montagnard, qui affectionne les pelouses sèches à moyennement sèches, plutôt calcaires, ainsi que les friches et talus bien exposés à la lumière. Elle peut également se rencontrer dans les bois clairs. En Vanoise, elle partage sa niche écologique avec de nombreuses espèces typiques des coteaux bien exposés, comme Anthericum liliago, Carlina acaulis, Trifolium montanum ou encore Vincetoxicum officinale.
Distribution
Malgré une large distribution mondiale, la Gentiane croisette n’est, localement, jamais abondante. Elle occupe une grande partie du territoire national, absente toutefois de Corse et de la façade océanique. Présente sur l’ensemble des Alpes, en stations éparses, on la retrouve en Vanoise de 1150 m sur les communes de Modane, Villarodin-Bourget et Séez, à 1940 m d’altitude à Aussois. Elle est plus fréquente en Maurienne, ne remontant cependant pas en amont de Lanslebourg-Mont- Cenis. En Tarentaise, elle reste cantonnée à l’aval de Séez.
Menaces et préservation
La présence très localisée de cette gentiane justifie la poursuite de son inventaire systématique. Les stations connues ne semblent pas, à ce jour, subir de menaces particulières. Notons qu’un papillon rare, l’Azuré de la gentiane est inféodé à la Gentiane croisette. Sa survie dépend de la sauvegarde de ce végétal. Comme toutes les gentianes, elle doit son nom de genre à Gentius, roi d’Illyrie, qui aurait été le premier à utiliser les propriétés thérapeutiques des gentianes.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Cruciata verticillata Gilib., 1782 | Ericala cruciata (L.) G.Don, 1838 | Ericoila cruciata (L.) Borkh., 1796 | Gentiana cruciata subsp. cruciata L., 1753 | Gentianella cruciata (L.) Moench, 1802 | Hippion cruciatum (L.) F.W.Schmidt, 1793 | Tretorhiza cruciata (L.) Delarbre, 1800

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles