Linnée boréale

Linnaea borealis L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Dipsacales Famille : Caprifoliaceae Genre : Linnaea

  • 230
    observations

  • 4
    communes

  • 23
    observateurs

  • Première observation
    1990

  • Dernière observation
    2018
Titre Auteur
Linnaea borealis PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-09-14
Auge Vincent - Baudin Eric - Benoit Félix - Benoit Philippe - Blois Wilfried - Boissier Jean-michel - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Boudier Pierre - Delahaye Thierry - Ferbayre Jean-paul - Gerardin Daniel - Gotti Christophe - Imberdis Ludovic - Jullian Laurence - Lemmet Sandrine - Obino Clémence - Prat Mathieu - Renaud Karine - Roche René - Rocher Michel - Rutten Céline - Storck Frantz

Informations sur l'espèce

En fleur, la Linnée boréale avec ses deux petites clochettes rose pâle est impossible à confondre. Les corolles sont suspendues à l’extrémité d’un rameau dressé de 5 à 15 cm de haut. La plante vivace, ligneuse à la base, porte sur les tiges rampantes de petites feuilles persistantes, opposées, rondes et crénelées de 0,5 à 1,5 cm de diamètre.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
La Linnée boréale pousse en Vanoise de l’étage montagnard (1250 m d’altitude) à l’étage alpin (2050 m). Plutôt sur terrains acides en exposition nord, elle colonise d’une part les blocs moussus des sous-bois non exploités d’Épicéas ou de Pins cembro, d’autre part les landes denses à éricacées.
Distribution
Largement distribuée dans les régions tempérées et froides de l’hémisphère nord, la Linnée boréale a été observée en France uniquement dans les départements de la Savoie et de la Haute- Savoie. Dans ce dernier, elle est considérée comme disparue suite aux coupes forestières effectuées sur les quatre localités historiques ; elle ne subsiste donc qu’en Savoie. Connue depuis le début du XXe siècle à Champagny-en-Vanoise et Tignes, elle a été découverte à Pralognan-la-Vanoise par le curé du village en 1937 (Fritsch, 1971) et aux Allues par Claude Vion, alors chef de secteur au Parc national de la Vanoise, en 1976 (Fritsch, 1976). De nouvelles stations ont encore été repérées en 2005 à Champagny-en-Vanoise. Actuellement la Linnée boréale est connue dans neuf sites distincts sur les quatre communes de Haute-Tarentaise précédemment citées.
Menaces et préservation
La Linnée boréale est sensible à toute perturbation des conditions écologiques (température, humidité, éclairement) de son milieu de vie. Une exploitation forestière qui ne tiendrait pas compte de la présence de ces plantes risquerait de les faire disparaître. Ainsi, la station du bois des Caves, à Champagny-en-Vanoise, a failli être détruite par la création d’une piste de débardage ; les travaux ont pu être interrompus in extremis par l’intervention du Parc national de la Vanoise, alerté par une botaniste locale. Toutes les stations de Linnée boréale sont régulièrement suivies par les gardes-moniteurs du Parc. L’emprise précise des stations des Allues et de Champagny-en-Vanoise a été finement cartographiée pour suivre leur évolution.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Linnaea serpyllifolia Rydb., 1907 | Obolaria borealis (L.) Kuntze, 1891

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles