Pavot argémone, Coquelicot Argémone

Papaver argemone L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Ranunculales Famille : Papaveraceae Genre : Papaver

  • 5
    observations

  • 3
    communes

  • 4
    observateurs

  • Première observation
    1994

  • Dernière observation
    2013
Blanchemain Joël - Delahaye Thierry - Lacosse Pierre - Mollard Maurice

Informations sur l'espèce

Le Pavot argémone évoque un coquelicot de petite taille, aux pétales rouge foncé, tachés de noir à la base et qui ne se chevauchent pas. La fleur est portée par un pédicelle velu à poils assez longs (jusqu’à 3 mm) et la capsule allongée porte des soies raides. Ce dernier caractère le distingue de Papaver dubium et de Papaver rhoeas à capsules glabres.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Papaver argemone est une plante xérothermophile qui croît aux étages collinéen et montagnard. Il s’observe en Vanoise dans les champs et leurs abords, les jachères, les décombres, les lieux incultes et les secteurs dénudés au sein des pelouses sèches ; il se cantonne aux milieux ouverts. Pour se maintenir sur un site, l’espèce a besoin d’un travail occasionnel du sol. Papaver argemone semble assez peu sensible à la nature chimique du substrat mais préfère les sols drainants.
Distribution
Cette espèce a une vaste aire de répartition centrée sur le bassin méditerranéen et qui s’étend jusqu’au sud de la Scandinavie et la Russie. En France, le Pavot argémone est recensé dans pratiquement tous les départements métropolitains. Sa distribution savoyarde a considérablement fondu depuis le début du XXe siècle (Perrier de la Bâthie, 1917). Il n’est connu de nos jours qu’en Maurienne et d’une localité dans l’Avant-Pays savoyard. Il a vraisemblablement toujours été assez rare en Vanoise, il n’est d’ailleurs pas cité par Gensac (1974) dont l’inventaire se limitait aux espèces observées au-dessus de 1500 m d’altitude. Papaver argemone atteint tout juste cette altitude à Lanslebourg-Mont-Cenis. Sur cette commune, comme à Modane et à Saint-André, les effectifs actuels de cette espèce sont squelettiques.
Menaces et préservation
Le Pavot argémone est une des espèces les plus menacées du territoire du Parc. Le déclin de l’agriculture traditionnelle a fait disparaître les cultures favorables à cette espèce. Il a déjà disparu de Tarentaise où il était connu à Aime, Bozel, Saint-Martin-de-Belleville, Sainte-Foy-Tarentaise, etc. (Perrier de la Bât
Source : Parc national de la Vanoisehie, op. cit.). La mise en culture de parcelles à titre conservatoire pourrait être une solution pour prévenir sa disparition totale en Vanoise.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Cerastites macrocephala Gray, 1821 | Papaver argemone f. littoralis Corill., Figureau & Godeau | Papaver argemone subsp. micranthum (Boreau) Nyman, 1878 | Papaver argemone var. argemone | Papaver argemone var. glabratum Rouy & Foucaud, 1893 | Papaver argemone var. glabrum W.D.J.Koch, 1837 | Papaver argemone var. laciniatum Lamotte, 1877 | Papaver argemone var. uniflorum G.Don, 1831 | Papaver arvense Borkh., 1793 | Papaver clavatum Gilib. ex Bubani, 1901 | Papaver clavigerum Lam., 1779 | Papaver glabratum Coss. & Germ., 1840 | Papaver maritimum With., 1796 | Papaver micranthum Boreau, 1857 | Roemeria argemone (L.) C.Morales, R.Mend. & Romero García, 1988

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles