Grassette à éperon étroit, Grassette à éperon grêle

Pinguicula leptoceras Rchb., 1823

Classe : Equisetopsida Ordre : Lamiales Famille : Lentibulariaceae Genre : Pinguicula

  • 55
    observations

  • 7
    communes

  • 17
    observateurs

  • Première observation
    1991

  • Dernière observation
    2013
Titre Auteur
Pinguicula leptoceras PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-09-17
Balais Christian - Berthollet Fabienne - Blanchemain Joël - Bourgeois Marie-geneviève - Denise Cyril - Fima Frédéric - Herrmann Mylène - Jordana Régis - Jullian Laurence - Lacosse Pierre - Mele Stéphane - Modane Secteur - Parchoux Franck - Pellet Clarisse - Perrier Jacques - Plumecocq Benjamin - Schaller Florian

Informations sur l'espèce

Comme toutes les grassettes, la Grassette à éperon étroit présente une fleur solitaire sur une longue hampe nue qui domine une rosette de feuilles basales, sessiles, vert jaunâtre, visqueuses et collantes, à bords enroulés. La corolle, plus longue que large, est bleu violacé à violet foncé ce qui la distingue sans ambiguïté de Pinguicula alpina à corolle blanche. La lèvre inférieure de la corolle porte de une à trois taches blanches et la gorge est hérissée de papilles blanchâtres. La lèvre inférieure du calice est divisée jusqu’au-delà du milieu en deux lobes lancéolés et divergents, contrairement à Pinguicula vulgaris où cette même division du calice en deux lobes non divergents ne dépasse pas le milieu de la lèvre. Malgré son nom (leptoceras signifie éperon mince, étroit), l’éperon est plutôt large, mais sans doute Reichenbach l’a-t-il baptisée ainsi pour la distinguer de Pinguicula grandiflora qui possède un éperon nettement plus long.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
C’est une plante typique des milieux humides, des bords de ruisseaux et des sources, fréquentant également les bas- marais et les marais de pente des étages subalpin et alpin. En Vanoise, elle s’observe plutôt sur les substrats siliceux, même si quelques observations sont localisées sur des terrains calcaires. Sur ses stations, il est possible d’observer les autres grassettes recensées en Vanoise : Pinguicula vulgaris et Pinguicula alpina.
Distribution
Pinguicula leptoceras est connue sur une grande partie du massif alpin et les Apennins. En France, elle est recensée dans les Alpes-Maritimes, les Alpes de Haute-Provence, les Hautes- Alpes et la Savoie. Le massif de la Vanoise abrite la majorité des localités répertoriées dans notre département : des observations s’échelonnent le long de la vallée de la Maurienne de Modane à Bonneval-sur-Arc et en Tarentaise la Grassette à éperon étroit est présente à Tignes et Sainte-Foy-Tarentaise ainsi qu’à Aime en dehors du territoire du Parc.
Menaces et préservation
Comme toutes les espèces strictement associées aux milieux humides, ce sont les dégradations et les destructions de ses habitats qui rendent très vulnérables les populations de Pinguicula leptoceras. Cette vulnérabilité est renforcée par le fait que l’espèce n’est pas protégée et que plus de la moitié des marais qui héberge ces plantes est située hors du cœur du Parc. Seul le respect de l’intégrité des zones humides dans tous les projets d’aménagement et la mise en œuvre d’actions spécifiques de préservation de ces milieux permettront de sauvegarder la Grassette à éperon étroit en Vanoise. Les feuilles glanduleuses et collantes des grassettes (pinguicule provient du latin pinguis qui signifie gluant) piègent, par capture passive, des petits insectes, essentiellement des diptères. Munies d’enzymes digestives ces feuilles font de ces espèces des plantes "insectivores". Les feuilles étaient autrefois utilisées pour faire cailler le lait. En effet, la substance qui dissout les insectes, un ferment, est analogue à la présure.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Pinguicula helwegeri Murr, 1897 | Pinguicula vulgaris subsp. leptoceras Bonnier & Layens, 1894 | Pinguicula vulgaris subsp. leptoceras (Rchb.) Arcang., 1882

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles