Saule à feuilles de myrte

Salix breviserrata Flod., 1940

Classe : Equisetopsida Ordre : Malpighiales Famille : Salicaceae Genre : Salix

  • 404
    observations

  • 17
    communes

  • 36
    observateurs

  • Première observation
    1997

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Salix breviserrata PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-10-05
Arsac Thierry - Balais Catherine - Balais Christian - Barraud Rémy - Benoit Félix - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Bouche Michel - Charron Julien - Corbet Thomas - Delahaye Thierry - Denise Cyril - Empereur-buisson Caroline - Ferbayre Annie - Ferbayre Jean-paul - Fima Frédéric - Garnier Alexandre - Gotti Christophe - Hemeray Damien - Herrmann Mylène - Imberdis Ludovic - Jordana Régis - Lacosse Pierre - Laurency Sabine - Lemmet Sandrine - Modane Secteur - Mollard Maurice - Pellicier Philippe - Plumecocq Benjamin - Richard Alain - Rocher Michel - Rutten Céline - Storck Frantz - Tissot Nathalie

Informations sur l'espèce

Ce sous-arbrisseau rampant peut s’étaler sur des surfaces importantes et coloniser de manière exclusive les milieux où il pousse. Son port est souvent caractéristique, mais les critères les plus fiables semblent être la pilosité et la taille, trois à quatre fois plus grande, des feuilles des rameaux de l’année, qui contrastent avec la taille plus réduite, la surface luisante et les petites dents glanduleuses très marquées des feuilles des rameaux plus anciens. En floraison, les chatons mâles aux étamines pourpres sont aussi très remarquables.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
En Vanoise, le Saule à dents courtes se rencontre principalement dans les éboulis de calcaire grossiers à chaotiques, où il peut se repérer de loin par sa couleur et sa forme bien spécifiques. Nous le rencontrons également sur des moraines à dominante calcaire ou exceptionnellement très riches en quartzite, comme au pied du glacier de la Masse à Pralognan-la-Vanoise. Les pelouses humides ou marécages, où il est aussi indiqué dans d’autres massifs alpins, ne semblent pas vraiment lui convenir en Vanoise. Il est observé entre 1930 m d’altitude à Pralognan-la-Vanoise et 2660 m à Tignes, Val-d’Isère et Lanslebourg-Mont-Cenis.
Distribution
Cette espèce est recensée dans les Pyrénées, les Alpes et les Apennins. En France, elle est présente de la Haute-Savoie aux Alpes-de-Haute-Provence. Gensac (1974) l’indique en Vanoise à Lanslebourg-Mont-Cenis, Bonneval-sur-Arc et Val-d’Isère. Les prospections menées par les agents du Parc national de la Vanoise permettent désormais de localiser ce saule sur une vingtaine de communes du territoire du Parc ; il est plus fréquent enTarentaise et particulièrement bien présent à Saint- Bon-Tarentaise, Pralognan-la-Vanoise, Champagny-en-Vanoise et Peisey-Nancroix. La Vanoise abrite vraisemblablement les plus importantes populations des Alpes françaises.
Menaces et préservation
La plus grande partie des observations de Salix breviserrata en Savoie se situe dans le cœur du Parc national de la Vanoise et bénéficie ainsi de sa protection vis-à-vis de nombreux aménagements. Cependant certaines populations localisées dans l’aire optimale d’adhésion restent susceptibles d’être impactées par divers équipements touristiques liés à la pratique du ski et par des aménagements comme des pistes d’alpage.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Salix arbutifolia Willd., 1806 | Salix breviserrata subsp. fontqueri T.E.Díaz & al., 1988 | Salix dubia Suter, 1807 | Salix myrsinites sensu H.J.Coste, 1905 | Salix myrsinites subsp. breviserrata (Flod.) A.E.Murray, 1983 | Salix myrsinites subsp. serrata (Neilr.) Schinz & Thell. | Salix myrsinites var. serrata Neilr., 1850

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles