Sauge d'Éthiopie

Salvia aethiopis L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Lamiales Famille : Lamiaceae Sous-Famille : Nepetoideae Tribu : Mentheae Genre : Salvia

  • 101
    observations

  • 4
    communes

  • 18
    observateurs

  • Première observation
    1991

  • Dernière observation
    2018
Titre Auteur
Salvia aethiopis PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-10-05
Blanchemain Joël - Bonsacquet Lionel - Bourgoin Virginie - Caillot Yoann - Clesse Bernard - Delahaye Thierry - Delmas Michel - Girel Yvette - Jullian Laurence - Lacosse Pierre - Magnolon Séverine - Modane Secteur - Mollard Maurice - Morel Coralie - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Ratel Joseph - Stutz Elie

Informations sur l'espèce

Des quelques sauges observables en Savoie, la Sauge d’Éthiopie se singularise par ses fleurs blanches. Celles-ci, longues de 1,5 à 2 cm, sont groupées en verticilles sur une imposante panicule pyramidale, haute de plusieurs décimètres. La tige, les feuilles et les calices sont couverts de poils laineux blanchâtres. C’est une plante bisanuelle qui se repère la première année par sa rosette de feuilles ovales, très rugueuses, pétiolées et plus ou moins incisées-lobées. L’espèce la plus ressemblante à Salvia aethiopis est Salvia sclarea, plante glanduleuse, odorante, à fleurs rosées ; seulement subspontanée en Savoie.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Les pelouses bien ensoleillées, sur sols calcaires et filtrants constituent le milieu de vie de la Sauge d’Éthiopie. Plus précisément en Vanoise, Salvia aethiopis montre une prédilection pour les pelouses post-culturales, installées sur des terrasses anciennement cultivées. Ces groupements végétaux sont dominés par Festuca valesiaca et abritent au niveau des ouvertures dans le tapis végétal des géophytes et des espèces bisanuelles comme la Sauge d’Éthiopie et la Centaurée du Valais (Prunier, 2002).
Distribution
L’aire de distribution de cette espèce est centrée sur la région méditerranéenne. En France, elle est recensée dans quelques départements méditerranéens mais également dans le Massif central et les Alpes. Répertoriée en Savoie depuis le XVIIIe siècle (Allioni, 1785), toutes les indications bibliographiques localisent cette sauge en Maurienne entre Saint-Jean-de-Maurienne et Bramans. Les observations récentes limitent toutefois sa présence à seulement quatre communes du Parc national de la Vanoise : Aussois, Avrieux, Bramans et Villarodin-Bourget. À signaler une récolte dans l’herbier des Conservatoire et Jardin Botaniques de la ville de Genève, datant de 1953 et étiquetée entre Aime et Bourg-Saint-Maurice.
Menaces et préservation
En France, les populations de Sauge d’Éthiopie sont indiquées en régression dans le Massif central (Antonetti & al., 2006), dans la Drôme (Garraud, 2003), etc. Cette tendance est similaire en Savoie où les stations de moyenne Maurienne ont disparu. La modification des pratiques agricoles (abandon de certaines parcelles, intensification ailleurs) est sans doute à l’origine de cette régression. Aujourd’hui, le nombre total de pieds de Salvia aethiopis en Vanoise n’excède guère quelques centaines. La pérennité de ces populations dépendra vraisemblablement des mesures de préservation et de gestion qui pourront être mises en œuvre dans les prochaines années.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aethiopis vera Fourr., 1869 | Salvia kochiana Kunze, 1847 | Salvia lanata Stokes, 1812 | Salvia leuconeura Boiss., 1859 | Sclarea aethiopis (L.) Mill., 1768 | Sclarea lanata Moench, 1794

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles