Pigamon des Alpes

Thalictrum alpinum L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Ranunculales Famille : Ranunculaceae Genre : Thalictrum

  • 23
    observations

  • 1
    commune

  • 7
    observateurs

  • Première observation
    2002

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Thalictrum alpinum PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-10-04
Delahaye Thierry - Fima Frédéric - Jordana Régis - Mele Stéphane - Plumecocq Benjamin - Sagot Clotilde - Suret Henri

Informations sur l'espèce

Le Pigamon des Alpes est le plus petit représentant du genre Thalictrum dans la flore alpine : sa hauteur n’excède guère 15 cm. La plante est entièrement glabre. Les feuilles groupées en rosette basale sont découpées en petites folioles arrondies et dentées. La tige nue porte une grappe de minuscules fleurs dont les pièces les plus colorées sont les anthères des étamines, jaunes lavées de pourpre. Les risques de confusion avec d’autres plantes sont inexistants.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Des pelouses acidiphiles alpines (Delarze & al., 1998) aux pelouses calcicoles orophiles (Aeschimann & al., 2004) en passant par les bas-marais alcalins (Julve, 1996) et acides (Guinochet & al., 1978), la littérature ne décrit pas de façon homogène l’écologie de Thalictrum alpinum. Ces différences traduisent sans doute une plasticité écologique sur l’ensemble de l’aire de distribution. Dans l’unique population étudiée en Vanoise, le Pigamon des Alpes présente une écologie très précise : les plantes s’observent sur des micro-buttes dans un bas-marais où les plantes du Caricion fuscae dominent.
Distribution
Thalictrum alpinum appartient à l’important cortège des espèces arctico-alpines recensées en Vanoise. À l’issue de la dernière glaciation, des populations ont trouvé refuge dans les Alpes mais aussi dans les Pyrénées et les Carpates. Dispersée sur l’arc alpin, cette espèce est recensée sur la partie française du massif, des Alpes-Maritimes à la Savoie. C’est au mont Cenis que fut d’abord signalé le Pigamon des Alpes en Savoie (Arvet-Touvet, 1871 ; Cariot & Saint-Lager, 1889, etc.). Au cours du XXe siècle, il est indiqué également à Bonneval-sur- Arc (Vilmorin & Guinet, 1951 ; Dutartre, 1977), mais il n’est actuellement connu qu’à Peisey-Nancroix en bordure du cœur du Parc national.
Menaces et préservation
La population de Thalictrum alpinum à Peisey-Nancroix est estimée à quelques centaines d’individus. La protection de leur milieu de vie localisé dans le cœur du Parc est théoriquement acquise. Encore faut-il garantir la préservation de l’alimentation en eau tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Deux axes de travail se dégagent pour cette espèce : le suivi de la population de Peisey-Nancroix en lien avec la ressource en eau et les changements climatiques ainsi que la recherche des stations historiques au mont Cenis et à Bonneval-sur-Arc.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Thalictrum acaule Cambess., 1844 | Thalictrum cheilanthoides Greene, 1910 | Thalictrum duriusculum Greene, 1910 | Thalictrum leiophyllum Greene, 1910 | Thalictrum marginatum Royle, 1839 | Thalictrum microphyllum Royle, 1839 | Thalictrum monoense Greene, 1910 | Thalictrum scopulorum Greene, 1910 | Thalictrum suspensum Greene, 1910

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles