Tabouret du mont Cervin

Noccaea alpestris subsp. sylvium (Gaudin) Kerguélen, 1993

Classe : Equisetopsida Ordre : Brassicales Famille : Brassicaceae Genre : Noccaea Espèce : Noccaea alpestris

  • 16
    observations

  • 1
    commune

  • 3
    observateurs

  • Première observation
    1956

  • Dernière observation
    2008
Titre Auteur
Noccaea alpestris subsp. sylvium PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-09-14
Deffrennes Benoît - Delahaye Thierry - Prudhomme Jean

Informations sur l'espèce

Le Tabouret du mont Cervin est une petite plante glabre, aux feuilles basales pétiolées groupées en rosette et aux feuilles caulinaires sessiles et embrassantes. Par rapport aux autres tabourets à fleurs blanches, il se singularise par de grands pétales (5 à 8 mm), environ deux fois plus longs que les sépales. La grappe fructifère est allongée et porte, sur des pédicelles étalés, des silicules peu échancrées et étroitement ailées.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
La bibliographie localise Noccaea alpestris subsp. sylvium dans différentes alliances phytosociologiques : Arabidion caeruleae, Seslerion caeruleae, Triseto flavescentis-Polygonion bistortae. D’après nos observations en Vanoise, ce tabouret semble lié aux affleurements de serpentine. Il pousse sur des éboulis stabilisés et des rochers toujours dans un contexte frais et humide : exposition nord dominante et suintements. À noter que ces mêmes rochers de serpentine accueillent souvent Carex fimbriata, également "serpentinophyte" en Vanoise.
Distribution
Cette sous-espèce est une endémique ouest-alpienne alors que la sous-espèce nominale est confinée à l’extrémité est de la chaîne alpine (Aeschimann & al., 2004). En France, elle est recensée dans l’ensemble des départements alpins à l’exception de la Haute-Savoie. Elle est indiquée en Vanoise dès le XIXe siècle à Bonneval-sur-Arc et Fourneaux (Rouy & Foucaud, 1895). Les observations de Thompson (1908) à Lanslebourg-Mont-Cenis et de Perrier de la Bâthie (1917) à Avrieux et Termignon viennent s’ajouter au cours du XXe siècle. Sur ces cinq localisations historiques en Savoie, certaines populations n’ont pas encore été retrouvées, d’autres ont été revues comme à Termignon, Lanslebourg- Mont-Cenis, et Bonneval-sur-Arc ; enfin de nouvelles stations ont été trouvées par exemple à Tignes par les botanistes du Conservatoire botanique national alpin.
Menaces et préservation
La priorité pour cette espèce est d’intensifier les prospections pour tenter de retrouver les stations historiques, voire d’en trouver d’autres, en privilégiant dans un premier temps les recherches sur les affleurements de serpentine. Par leur localisation et leur milieu de vie, les populations actuellement connues en Vanoise ne semblent pas spécialement menacées. Une partie est localisée à l’intérieur d’une Zone Spéciale de Conservation du réseau Natura 2000, assurant théoriquement sa pérennité à moyen terme.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Noccaea sylvium (Gaudin) F.K.Mey., 1973 | Pterotropis gaudiniana Fourr., 1868 | Thlaspi alpestre subsp. sylvium (Gaudin) Kerguélen, 1987 | Thlaspi alpinum sensu H.J.Coste, 1900 | Thlaspi alpinum proles sylvium (Gaudin) Rouy & Foucaud, 1895 | Thlaspi alpinum subsp. sylvium (Gaudin) P.Fourn., 1936 | Thlaspi minimum subsp. sylvium (Gaudin) H.P.Fuchs, 1980 | Thlaspi montanum subsp. alpinum Bonnier & Layens, 1894 | Thlaspi sylvium Gaudin, 1829

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles