Tulipe sauvage, sous-espèce type, Tulipe des bois

Tulipa sylvestris subsp. sylvestris L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Liliales Famille : Liliaceae Genre : Tulipa Espèce : Tulipa sylvestris

  • 6
    observations

  • 2
    communes

  • 3
    observateurs

  • Première observation
    1992

  • Dernière observation
    2016
Titre Auteur
Tulipa sylvestris subsp. sylvestris PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-10-03
Gotti Christophe - Mollard Maurice - Storck Frantz

Informations sur l'espèce

La Tulipe sauvage se différencie aisément des tulipes horticoles, éventuellement échappées dans la nature, par ses tépales longs de 3 à 6 cm, largement lancéolés, terminés par une longue pointe aiguë à extrémité poilue. Plusieurs caractères permettent de ne pas confondre cette sous-espèce avec Tulipa sylvestris subsp. australis : les boutons floraux sont penchés avant l’éclosion ; les tépales d’un beau jaune sont tout au plus teintés de verdâtre sur la face externe et la capsule est environ deux fois plus longue que large. Les bulbes de la Tulipe sauvage se multiplient végétativement et permettent parfois à cette plante de coloniser d’assez grandes surfaces.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Cette tulipe est classiquement associée aux cultures : vignes, champs, vergers. Elle se plaît particulièrement sur les terrains qui subissent un labour léger. Mais en Vanoise, comme dans le reste du département, la Tulipe sauvage se maintient uniquement, et sans doute provisoirement, dans d’anciennes parcelles cultivées, plus ou moins envahies par des taillis. Dans ces situations, le taux de floraison est faible.
Distribution
Qualifiée de méditerranéenne, la Tulipe sauvage est recensée assez loin de la "Grande bleue" : par exemple jusque dans la moitié nord de la France. C’est une tulipe qui ne dépasse pas l’étage montagnard et, de fait, qui n’a jamais été répandue en Savoie. En Tarentaise, elle a existé autrefois à Moûtiers (Perrier de la Bâthie, 1928) et persiste à Saint-Oyen et en marge de l’aire optimale d’adhésion du Parc national de la Vanoise, à Aime. En Maurienne, les vignes de Saint-Jean-de-Maurienne ont abrité jadis cette plante ; de nos jours elle est signalée uniquement à Saint-André, dans une friche.
Menaces et préservation
Le nombre de stations et les populations de Tulipa sylvestris subsp. sylvestris sont en régression dans toute la France. En Savoie, l’urbanisation des terrains agricoles, la disparition des petites cultures extensives et l’emploi généralisé de désherbants chimiques ont contribué à la raréfaction de cette plante. L’unique population de Saint-André est moribonde et les populations de Tarentaise n’ont guère d’avenir dans les milieux où elles survivent. La préservation de la Tulipe sauvage en Vanoise ne peut sans doute s’envisager que par la mise en culture de parcelles valorisant le patrimoine floristique lié aux cultures d’autrefois.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Tulipa australis subsp. gallica (Laun. ex Loisel.) K.Richt., 1890 | Tulipa balcanica Velen., 1893 | Tulipa biebersteiniana Schult. & Schult.f., 1829 | Tulipa gallica Laun. ex Loisel., 1820 | Tulipa hypanica Klokov & Zoz, 1936 | Tulipa quercetorum Klokov & Zoz, 1936 | Tulipa sylvestris subsp. balcanica (Velen.) Hayek | Tulipa sylvestris subsp. grandiflora (Hy) Hayek | Tulipa tchitounyi Azn., 1917 | Tulipa thirkeana K.Koch, 1849 | Tulipa transtagana Brot., 1804

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles