Pigeon ramier

Columba palumbus Linnaeus, 1758

Classe : Aves Ordre : Columbiformes Famille : Columbidae Genre : Columba

  • 315
    observations

  • 23
    communes

  • 65
    observateurs

  • Première observation
    1992

  • Dernière observation
    2019
Arsac Thierry - Balais Christian - Belleau Eric - Benoit Félix - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Caillot Yoann - Chastin Alain - Chomel Bénédicte - Corail Marc - Cubaixo Antoine - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Delahaye Thierry - Deliry Cyrille - Demaseure Macha - Destre Rémi - Draperi Dominique - Empereur-buisson Caroline - Etievant Jean-luc - Ferbayre Jean-paul - Fernandez Manu - Garnier Alexandre - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Guelin François - Guenescheau Yvon - Hahn Jérémie - Hareau Frédéric - Herrmann Mylène - Ibañez Damien - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Lacosse Pierre - Laluque Olivier - Langer Éric - Le Briquir Steve - Le Roy Emmanuel - Lemmet Sandrine - Lornage Joffrey - Malrat Didier - Marquis Constant - Martinot Arthur - Mele Stéphane - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pellet Clarisse - Perier-muzet Laurent - Petitpas Antoine - Pietrenko Nicolas - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Ratel Sébastien - Rocher Michel - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Storck Frantz - Suret Henri - Tissot Nathalie - Tonnelier Marie-laure

Informations sur l'espèce

Le pigeon ramier, aussi appelé palombe dans le sud, est le plus grand des colombidés d'Europe. Sa gorge est rose-pourpre, tirant vers le gris pâle sur le ventre. La tête est grise, avec des tâches blanches bien nettes sur le côté du cou ainsi qu'un liseré blanc présent sur les ailes qui le distingue des autres pigeons.

Source : Parc national des Ecrins

Son bec légèrement crochu est fait pour déchirer les feuilles et fait aussi office de paille pour boire ce qui est une des caractéristiques de la famille colombidés. Au cours de ce dernier siècle, les changements des pratiques agricoles ont globalement favorisé l’expansion des effectifs de pigeons ramiers en Europe. Cela a permis à une espèce auparavant typiquement forestière de devenir étroitement associée aux paysages agricoles. Le remembrement a fait effet inverse, localement, avec une forte régression des bocages, habitat où se retrouvaient la plus forte densité d'oiseaux nicheurs. La chasse à la palombe lors des migrations d'automne a aussi pour effet de diminuer fortement les effectifs en France.

Source : Parc national des Ecrins

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aucun synonyme pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles