Chouette hulotte

Strix aluco Linnaeus, 1758


Classe : Aves Ordre : Strigiformes Famille : Strigidae Genre : Strix
Chargement...

  • 187
    observations

  • 22
    communes

  • 47
    observateurs

  • Première observation
    2000

  • Dernière observation
    2022
Antoine Elodie - Balais Christian - Benoit Félix - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Caillot Yoann - Chapel Ingrid - Corbet Thomas - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Empereur-buisson Caroline - Erba Pascal - Etievant Jean-luc - Ferbayre Jean-paul - Fima Frédéric - Garnier Alexandre - Ginollin Baptiste - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Hagry Valerie - Herrmann Mylène - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Lacosse Pierre - Langer Éric - Lefrancois Olivier - Malrat Didier - Mele Stéphane - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Perier Muzet Laurent - Plumecocq Benjamin - Poulet Laetitia - Prat Mathieu - Rocher Michel - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Seignemartin Aurore - Storck Frantz - Suret Henri - Tardivet Chloé - Tonnelier Marie-laure - Vanmarcke Pierre-jean
  • Parc national de la Vanoise
    Participation à 184 Observations
    Part d'aide à la prospection : 98.40 %

    Fiche organisme

  • Autre
    Participation à 1 Observations
    Part d'aide à la prospection : 0.53 %

    Fiche organisme

Informations espèce

La chouette hulotte est un rapace nocturne de grande taille (40 cm de long pour une envergure de 90 cm), aux yeux noirs et à la silhouette trapue. Son plumage varie du roux au gris. Elle est la plus commune des chouettes européennes et s’accommode de nombreux milieux. Les forêts de feuillus, riches en micro-mammifères, sont particulièrement recherchées. Cette ingénieuse prédatrice est également capable de dénicher grenouille, passereau, poisson et parfois même autre chouette comme la Tengmalm.

Source : Parc national des Ecrins

La variation de son plumage du gris au roux traduit des capacités physiologiques et comportementales différentes. Les formes grises résistent mieux au froid, aux parasites et au manque de nourriture, et les formes rousses, légèrement plus grosses, se reproduisent mieux quand les températures sont clémentes. Ainsi, un hiver rigoureux favorise la forme grise et à l’inverse un hiver doux favorise la forme rousse. La couleur est en relation avec la mélanine. Plus ce pigment est abondant, plus l’oiseau sera gris.

Source : Parc national des Ecrins

Non renseigné pour le moment
Non renseigné pour le moment
Pas de synonymes pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles