Nyctale de Tengmalm, Chouette de Tengmalm

Aegolius funereus (Linnaeus, 1758)

Classe : Aves Ordre : Strigiformes Famille : Strigidae Genre : Aegolius

  • 310
    observations

  • 22
    communes

  • 61
    observateurs

  • Première observation
    1969

  • Dernière observation
    2019
Antoine Elodie - Balais Christian - Belleau Eric - Benyoub Abdelbaki - Berthollet Fabienne - Beurier Mathieu - Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Bonsacquet Lionel - Brilland Yann - Chapel Ingrid - Chastin Alain - Corail Marc - Corbet Thomas - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Deteix Alain - Empereur-buisson Caroline - Etievant Jean-luc - Ferbayre Jean-paul - Gaudron Benoît - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Grosset Félix - Gueguen Fabrice - Hahn Jérémie - Hemeray Damien - Herrmann Mylène - Jorand Yves - Jordana Régis - Jourdan Jeremie - Jourdan Jérémie - Lacosse Pierre - Le Briquir Steve - Lefrancois Olivier - Lornage Joffrey - Lucas Jérémie - Malrat Didier - Marechal Benoit - Mele Stéphane - Mermier Martin - Mouchené Dominique - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pardi Jean-luc - Pascal Bastien - Ployer Jean-yves - Plumecocq Benjamin - Posak Eric - Potaufeux Jérémie - Poulet Laetitia - Rannou Gwendal - Ratel Sébastien - Rouschmeyer Laurent - Rutten Céline - Seignemartin Aurore - Storck Frantz - Suret Henri - Tardivet Chloé - Tissot Nathalie - Tonnelier Marie-laure

Informations sur l'espèce

La chouette de Tengmalm possède un plumage brun foncé orné de points blancs et un disque fascial blanc bien marqué. Ses grands yeux jaune surmontés de sourcils lui donnent un air étonné typique. Avec ses 55 cm d'envergure, elle est plus grosse que sa cousine la chevêchette d'Europe. Oiseau aux mœurs nocturnes et crépusculaires, elle est inféodée aux forêts montagnardes lui offrant des cavités favorables à sa nidification.

Source : Parc national des Ecrins

La nidification de la chouette de Tengmalm est étroitement liée à l’abondance de ses proies. Les années à pullulation de micromammifères (campagnols, mulots...) lui permettent d’élever efficacement ses jeunes. A l’inverse, les années pauvres en nourriture voient les tentatives de nidification fortement diminuées. L’extension du pic noir ces dernières années a profité à l’espèce qui utilise très régulièrement les loges de ce dernier dans lesquelles elle se constitue un nid de mousse.

Source : Parc national des Ecrins

Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Strix funerea Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles