Azuré du Serpolet (L')

Phengaris arion (Linnaeus, 1758)


Classe : Hexapoda Ordre : Lepidoptera Famille : Lycaenidae Sous-Famille : Polyommatinae Tribu : Polyommatini Genre : Phengaris

  • 215
    observations

  • 19
    communes

  • 26
    observateurs

  • Première observation
    1974

  • Dernière observation
    2021
Blanchemain Joël - Coulombier Justine - Fabien Fernandez - Florence Kakwata Misongo - Francoz Philippe - Gotti Christophe - Grosset Guy-noël - Herrmann Mylène - Karum - Aurore Maire - Karum - Clémentine Taupin - Karum - Damien Ibañez - Karum - Fabien Fernandez - Karum - Flavie Lescure - Karum - Florence Kakwata Misongo - Karum - Jessica Martin - Karum - Nolwenn Pons - Karum - Tomas Poblet - Meeus Guido - Mele Stéphane - Parchoux Franck - Plumecocq Benjamin - Rutten Céline - Savourey Michel - Storck Frantz - Suret Henri - Tomas Poblet

Informations sur l'espèce

Les œufs sont pondus isolément sur les inflorescences de diverses espèces de Thyms (en général Thymus pulegioides) et sur l’Origan.
Les premiers stades larvaires se déroulent sur la plante-hôte, jusqu’à ce que la chenille se laisse tomber au sol. Elle est alors prise en charge par une espèce de fourmi du genre Myrmica (M. sabuleti, le plus souvent), puis elle est ramenée dans la fourmilière. Protégée et nourrie par ces dernières aux dépens de leur propre couvain, la chenille effectue sa métamorphose dans cet abri. L’émergence du papillon a lieu l’année suivante ou deux années plus tard.

Source : Inventaire des Lépidoptères de la Montagne du Saut (PN Vanoise) – Gurcel & Francoz 2020
La biologie complexe de l’Azuré du serpolet, nécessitant à la fois la présence d’une plante-hôte et d’une fourmi-hôte au sein d’un même écocomplexe, en fait une espèce particulièrement sensible à la modification de ses milieux de vie. Les principales menaces qui pèsent sur cette espèce sont la fragmentation et la réduction de ses habitats, qui aboutissent généralement à un isolement des populations du Lépidoptère. L’état de conservation d’un habitat optimal est généralement conditionné par un pâturage extensif.

L’Azuré du serpolet est présent presque partout en France métropolitaine, à l’exception de quelques départements au nord du pays. Il est souvent localisé, mais de manière assez abondante ; il est toutefois en régression.

Deux habitats principaux se distinguent : au nord de son aire de distribution et en altitude, l’Azuré du serpolet fréquente les pelouses xérothermophiles rases, tandis que plus au sud et en plaine il affectionne davantage les friches herbeuses et les ourlets fleuris envahis d’Origan (Origanum vulgare). L’espèce se rencontre jusqu’à 2’400 mètres d’altitude.

Source : Inventaire des Lépidoptères de la Montagne du Saut (PN Vanoise) – Gurcel & Francoz 2020
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Glaucopsyche arion (Linnaeus, 1758) | Lycaena arion (Linnaeus, 1758) | Lycaena arion aglaophon Fruhstorfer, 1915 | Lycaena arion ligurica Wagner, 1904 | Lycaena arthurus Melvill, 1873 | Lycaena ligurica Wagner, 1904 | Lycaena obscura Christ, 1877 | Maculinea arion (Linnaeus, 1758) | Maculinea arion aglaophon (Fruhstorfer, 1915) | Maculinea arion arion (Linnaeus, 1758) | Maculinea arion arthurus (Melvill, 1873) | Maculinea arion bordei Dujardin, 1966 | Maculinea arion ligurica (Wagner, 1904) | Maculinea arion obscura (Christ, 1877) | Maculinea arion pyrenaeafuscans Verity, 1948 | Papilio arion Linnaeus, 1758 | Polyommatus arion (Linnaeus, 1758)

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles