Androsace de Suisse

Androsace helvetica (L.) All., 1785

Classe : Equisetopsida Ordre : Ericales Famille : Primulaceae Sous-Famille : Primuloideae Genre : Androsace

  • 378
    observations

  • 15
    communes

  • 42
    observateurs

  • Première observation
    1990

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Androsace helvetica PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-05
Arsac Thierry - Balais Christian - Benoit Félix - Benoit Philippe - Blanchemain Joël - Bonnevie Danièle - Bonsacquet Lionel - Bouche Michel - Bourgeois Marie-geneviève - Charron Julien - Chastin Alain - Delahaye Thierry - Delmas Michel - Ferbayre Annie - Ferbayre Jean-paul - Gotti Christophe - Grillot Vanessa - Hemeray Damien - Herrmann Mylène - Imberdis Ludovic - Jean-michel Boissier - Jordana Régis - Kozlik Isabelle - Laurency Sabine - Lefrancois Olivier - Lemmet Sandrine - Maillet Thierry - Mikolajczak Alexis - Pardi Jean-luc - Pellicier Philippe - Plumecocq Benjamin - Rannou Gwendal - Roger Claude - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Suret Henri - Tanga Olivier - Termignon Secteur - Tissot Nathalie - Trouillet Séverine - Valy Nicolas - Vuillermoz Cécile

Informations sur l'espèce

Discrète, en forme de coussinet hémisphérique, l’Androsace de Suisse peut passer inaperçue, confondant son feuillage grisâtre aux rochers qui l’entourent. Elle se pare, en période de floraison, d’une multitude de petites fleurs blanches au cœur jaune. Ses feuilles minuscules, de 2 à 4 mm, densément imbriquées et couvertes de poils courts et simples, permettent de la distinguer de l’Androsace pubescente qui fréquente parfois les mêmes milieux. Cette dernière présente cependant un coussinet moins dense avec des feuilles pouvant atteindre 10 mm de longueur.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
L’Androsace de Suisse affectionne les rochers calcaires escarpés, semblant parfois surgir du minéral, sa racine en pivot plongeant dans une fissure à peine marquée. Grâce à son port en coussinet, elle peut affronter le froid, la sécheresse, les faibles réserves en éléments nutritifs du substrat ; de fait, elle se rencontre en Vanoise jusqu’à plus de 3000 m d’altitude.
Distribution
Très rare dans les Pyrénées, l’Androsace de Suisse est présente sur tout l’arc alpin, des Alpes-Maritimes jusqu’en Slovénie. Du fait de son écologie très particulière, elle demeure toutefois peu fréquente. En Vanoise, Androsace helvetica n’était indiquée que dans cinq communes du Parc par Gensac (1974) ; elle est actuellement recensée sur les rochers et falaises calcaires de dix-sept communes du territoire du Parc national de la Vanoise, tant en Maurienne qu’en Tarentaise.
Menaces et préservation
Étant donné son habitat de haute altitude, exclusivement rupestre, seuls quelques aménagements ou travaux ponctuels sur des sites rocheux peuvent être à l’origine de la destruction d’individus. C’est le cas par exemple dans le vallon de Cléry à Lanslebourg-Mont-Cenis où un projet d’aménagement du domaine skiable menace, entre autres, cette espèce. La fréquentation d’itinéraires d’alpinisme peut également lui être dommageable. Plus de la moitié des stations répertoriées en Vanoise étant sises dans le cœur du Parc, l’Androsace de Suisse bénéficie de ce fait, d’une protection renforcée.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Androsace aretia Lapeyr., 1813 | Androsace bryoides DC., 1805 | Androsace diapensia Vill., 1787 | Androsace imbricata Lam., 1779 | Androsace pubescens Clairv., 1811 | Aretia bryoides (DC.) Loisel., 1806 | Aretia helvetica (L.) Murray, 1784 | Diapensia helvetica L., 1753 | Primula aretia (Vill.) Kuntze, 1891 | Primula helvetica (L.) Kuntze, 1891 | Primula willkommii Derganc, 1904

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles