Campanule des Alpes

Campanula alpestris All., 1773

Classe : Equisetopsida Ordre : Asterales Famille : Campanulaceae Genre : Campanula

  • 283
    observations

  • 8
    communes

  • 49
    observateurs

  • Première observation
    1981

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Campanula alpestris PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-06
Auge Vincent - Balais Christian - Bantin Louis - Blanchemain Joël - Bouche Michel - Bourgeois Marie-geneviève - Calmet Claire - Caratti Gérard - Charron Julien - Clement-guy Stéphanie - Dalix Jean-françois - Deffrennes Benoît - Delahaye Thierry - Delpech René - Denise Cyril - Ferbayre Annie - Ferbayre Jean-paul - Filliol Michel - Gotti Christophe - Grillot Vanessa - Grosset Félix - Hemeray Damien - Herrmann Mylène - Hostein Colin - Imberdis Ludovic - Jean-michel Boissier - Jullian Laurence - Lacosse Pierre - Laurency Sabine - Lequay Arthur - Magnolon Séverine - Maillet Thierry - Mollard Maurice - Moussiegt Karine - Parchoux Franck - Pellicier Philippe - Perrier Jacques - Philippson David - Plaige Véronique - Ployer Jean-yves - Ratel Joseph - Richard Alain - Roland Théaud - Stutz Elie - Tanga Olivier - Tissot Nathalie - Trouillet Séverine - Valy Nicolas - Vuillermoz Cécile

Informations sur l'espèce

La Campanule alpestre est une plante vivace qui surprend par la longueur de sa corolle (3 à 4 cm), bleue à violet clair, par rapport à la taille totale de la plante qui n’excède guère une dizaine de centimètres. Ces fleurs sont solitaires, à l’extrémité des tiges qui naissent d’une rosette de feuilles étalées, hérissées de poils raides. Les rosettes stériles sont nombreuses. Caractère systématique important : le calice est muni d’appendices foliacés réfléchis entre les lobes. Ces différentes caractéristiques permettent de ne pas confondre cette campanule avec d’autres espèces.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Campanula alpestris colonise les éboulis fins sur calcaire des étages subalpin et alpin en compagnie de Alyssum alpestre, Oxytropis fetida, etc. En Vanoise, elle se rencontre aussi sur des rochers de cargneules, toujours en altitude où elle côtoie Dryas octopetala, Gypsophylla repens et Campanula cochleariifolia.
Distribution
La Campanule alpestre est une espèce endémique de l’ouest des Alpes. Elle n’est connue qu’en Italie et en France où elle est recensée dans les Hautes-Alpes, les Alpes de Haute-Provence, les Alpes-Maritimes, l’Isère, le Vaucluse, la Drôme et la Savoie. L’essentiel des populations savoyardes a été répertorié en Vanoise où elle était citée historiquement à Peisey-Nancroix, Tignes, Avrieux et Lanslebourg-Mont-Cenis (Perrier de la Bâthie, 1928). Depuis, elle a été inventoriée sur onze communes du territoire du Parc, principalement en Maurienne d’Avrieux à Bonneval-sur-Arc ; elle n’a pas été retrouvée à Peisey-Nancroix.
Menaces et préservation
En Vanoise, même lorsque les conditions écologiques sont réunies, la Campanule alpestre constitue le plus souvent des populations peu étendues et peu denses rendant chacune de ses stations vulnérables. Toutefois, ses milieux de vie ne l’exposent pas à des menaces particulières, hormis des destructions directes en lien avec des aménagements touristiques lourds. Fort heureusement, une bonne partie des stations est préservée par le cœur du Parc national, la Réserve naturelle nationale de la Grande Sassière et le périmètre de l’Arrêté préfectoral de protection de biotope du mont Cenis.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Campanula allionii Vill., 1779 | Campanula cenisia All., 1785

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles