Dracocéphale d'Autriche, Tête-de-dragon d'Autriche

Dracocephalum austriacum L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Lamiales Famille : Lamiaceae Sous-Famille : Nepetoideae Tribu : Mentheae Genre : Dracocephalum

  • 33
    observations

  • 3
    communes

  • 17
    observateurs

  • Première observation
    1993

  • Dernière observation
    2019
Titre Auteur
Dracocephalum austriacum PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-11
Blanchemain Joël - Blois Wilfried - Delahaye Thierry - Denise Cyril - Dubrulle Pierre-marie - Eyvrard Louis - Gerardin Daniel - Gonthier Henri - Gotti Christophe - Grosset Félix - Hemeray Damien - Marini Maxime - Parchoux Franck - Pellet Clarisse - Plumecocq Benjamin - Richard Alain - Rutten Céline

Informations sur l'espèce

Cette lamiacée se singularise par ses grandes corolles bilabiées, bleu violet, de 3,5 à 5 cm de longueur. Les fleurs sont disposées en verticilles sur une tige velue de 20 à 40 cm de hauteur qui porte également des feuilles pubescentes profondément divisées en segments linéaires. En Vanoise, le Dracocéphale d’Autriche fleurit vers la mi-juin ; en dehors de cette période de floraison, les plantes sont assez difficiles à repérer dans la végétation. Dracocephalum ruyschiana est une plante glabre, à feuilles non divisées et à corolles plus petites.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Dracocephalum austriacum s’observe en Vanoise sur des versants sud à l’étage subalpin. Il se développe sur des petites vires herbeuses au pied de falaises et sur des pelouses écorchées, toujours en pleine lumière. Il semble assez peu supporter la concurrence d’autres végétaux. Les stations répertoriées sont localisées soit sur des calcaires massifs, soit sur des schistes lustrés.
Distribution
Cette espèce des montagnes européennes est recensée dans les Pyrénées, les Alpes et le Caucase. Dans la partie française de la chaîne alpine, elle est répertoriée dans seulement une vingtaine de localités des Alpes-Maritimes à la Savoie. Dans notre département, le Dracocéphale d’Autriche a été découvert à Pralognan-la-Vanoise, au mont Bochor en 1957, puis à Bessans en 1974. Il existe toujours dans ces deux localités. Plus récemment, il a été retrouvé au mont Cenis (2004) plus d’un siècle après son premier signalement en ce lieu. Deux autres stations, découvertes par les agents du Parc national de la Vanoise, à Lanslevillard (2005) et de nouveau à Pralognan-la-Vanoise, au Moriond (2006), sont venues compléter les observations de cette espèce.
Menaces et préservation
Avec seulement cinq localités répertoriées en Vanoise, et des effectifs généralement réduits, Dracocephalum austriacum est une des plantes très rares du département de la Savoie. Deux de ces localités sont protégées par le cœur du Parc, et une troisième est incluse dans le périmètre de l’Arrêté préfectoral de protection de biotope du mont Cenis. Les menaces qui pèsent sur les populations de Dracocéphale d’Autriche en Vanoise sont soit liées à des projets d’aménagements, élargissement de sentiers par exemple, soit en lien avec l’évolution spontanée des milieux et le développement de plantes à fort recouvrement comme Festuca paniculata. Compte tenu des situations escarpées où il pousse, la cueillette et l’arrachage de plantes ne semblent pas constituer une menace effective. Par contre, des recherches universitaires ont montré que la faible variation génétique de petites populations isolées, comme celle de Bessans, peut contribuer à la régression de cette espèce. (Nicolè, 2005).
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Dracocephalum laciniatum St.-Lag., 1889 | Ruyschiana laciniata Mill., 1768 | Zornia partita Moench, 1802

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles