Panicaut des Alpes, Étoile des Alpes

Eryngium alpinum L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Apiales Famille : Apiaceae Genre : Eryngium

  • 333
    observations

  • 5
    communes

  • 40
    observateurs

  • Première observation
    1970

  • Dernière observation
    2018
Titre Auteur
Eryngium alpinum PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-16
Bantin Louis - Benoit Félix - Benoit Philippe - Bergeron Jean-marie - Berthollet Fabienne - Blanchemain Joël - Bonnevie Danièle - Briotet Daniel - Brunel Marion - Corbet Thomas - Delahaye Thierry - Delpech René - Dorne Franck - Empereur-buisson Caroline - Gerardin Daniel - Gomez Nicolas - Gotti Christophe - Hagry Valerie - Henry Elodie - Imberdis Ludovic - Jay Steven - Juillard Melanie - Jullian Laurence - Langer Pascal - Le Pape Claude - Lefrancois Olivier - Lemmet Sandrine - Magos Quentin - Malrat Didier - Mottet Jean-claude - Pellet Clarisse - Plumecocq Benjamin - Roche René - Rocher Michel - Ruffier-lanche Fernand - Rutten Céline - Sagot Clotilde - Storck Frantz - Tissot Nathalie - Trotereau André

Informations sur l'espèce

Le Panicaut des Alpes est une ombellifère déguisée en chardon : les feuilles et les bractées sont pourvues de dents épineuses et les fleurs sont groupées en une inflorescence de type capitule. Pour autant, la reconnaissance de cette plante est aisée, même au stade végétatif : les feuilles basales, entières, sont en forme de cœur, longuement pétiolées ; les feuilles caulinaires sont profondément incisées dentées. Mais c’est bien l’involucre qui est le plus remarquable : les nombreuses bractées bleu métallique, divisées, épineuses, forment une sorte de coupe qui entoure le capitule ovoïde à cylindrique de 2 à 5 cm de hauteur regroupant souvent plus de 250 petites fleurs blanchâtres. Les inflorescences longuement pédonculées sont portées sur une tige simple ou peu rameuse atteignant 70 cm de hauteur.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Eryngium alpinum est une plante de pleine lumière qui recherche les ambiances fraîches et les sols riches, de préférence sur substrats calcaires. En Vanoise, elle se rencontre aux étages montagnard et subalpin dans des prairies à hautes herbes soit en situation naturelle dans des couloirs d’avalanches, sur des vires, etc., soit au sein des milieux exploités par l’agriculture : prairies de fauche et alpages pâturés. Localement, les conditions écologiques de certaines stations peuvent être un peu différentes : par exemple à Termignon les populations d’Eryngium alpinum poussent sur des pentes plus sèches à Festuca paniculata.
Distribution
Le Panicaut des Alpes se retrouve sur une grande partie de l’arc alpin ainsi que dans les massifs du Jura et des Dinarides. En France, il est recensé dans tous les départements alpins à l’exception des Alpes-Maritimes. En Savoie, il est connu des Bauges, de la Lauzière, des Arves et de la Vanoise. Sur le territoire du Parc, il est cité historiquement à Pralognan-La- Vanoise et Peisey-Nancroix (Perrier de la Bâthie, 1917). S’il n’a pas encore été retrouvé à Peisey-Nancroix, il a depuis été découvert à Champagny-en-Vanoise, Saint-Bon-Tarentaise, Saint-Martin-de-Belleville et Termignon. C’est à Pralognan-La- Vanoise que sont localisées les plus importantes populations.
Menaces et préservation
Gensac écrivait en1974 : "Plante très ramassée dont la cueillette devrait être interdite". Si le Panicaut des Alpes est aujourd’hui intégralement protégé, des plantes sont malheureusement toujours cueillies, y compris en Vanoise. Mais plus encore, ce sont les modifications des pratiques agricoles qui menacent les populations d’Eryngium alpinum avec d’une part l’abandon de certaines parcelles et leur boisement et d’autre part l’intensification d’autres parcelles et en particulier le pâturage printanier. De nombreuses recherches scientifiques et appliquées ont lieu depuis une quinzaine d’années sur la biologie, la conservation, la gestion et le suivi des populations de cette espèce spectaculaire et emblématique. La surveillance et les mesures de gestion mises en place laissent espérer un bel avenir pour la "Reine des Alpes" en Vanoise.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Aucun synonyme pour ce taxon

Video (1)


"La Reine des Alpes", un trésor à préserver

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles