Orchis de Traunsteiner

Dactylorhiza traunsteineri (Saut.) Soó, 1962

Classe : Equisetopsida Ordre : Asparagales Famille : Orchidaceae Sous-Famille : Orchidoideae Tribu : Orchideae Genre : Dactylorhiza
2 taxon(s) inférieur(s) agrégé(s) sur cette fiche

  • 110
    observations

  • 14
    communes

  • 8
    observateurs

  • Première observation
    2006

  • Dernière observation
    2017
Titre Auteur
Dactylorhiza traunsteineri PNV
Description :
Fiche de l'Atlas de la flore rare et protégée de Vanoise
Date : 2017-05-11
Benoit Félix - Berthelot Pierre-jean - Blanchemain Joël - Bonnevie Danièle - Delahaye Thierry - Modane Secteur - Pellet Clarisse - Richard Alain

Informations sur l'espèce

L’existence de nombreux hybrides parmi les populations de Dactylorhiza rend délicate la détermination de ces orchidées. Les principaux caractères qui orientent une détermination vers Dactylorhiza traunsteineri, par ailleurs très polymorphe, sont les suivants : la tige est grêle, faiblement compressible, violacée dans la partie supérieure. Les feuilles sont linéaires, lancéolées, dressées, plus ou moins maculées et plutôt plus longues que chez les autres espèces du genre. Les inflorescences sont lâches et pauciflores, regroupant six à vingt grandes fleurs violet pourpre, munies d’un éperon conique, droit, recoupant l’ovaire.
Source : Parc national de la Vanoise
Écologie et habitats
Dès que le sol est détrempé : bas-marais, prairies humides, suintements, etc., Dactylorhiza traunsteineri se montre relativement tolérant quant à la nature chimique du substrat. Il s’observe aussi bien dans des communautés végétales alcalines qu’acidiclines, mais toujours en pleine lumière. De même, il se rencontre de l’étage collinéen à alpin, avec un optimum dans le montagnard.
Distribution
Sur le continent eurasiatique Dactylorhiza traunsteineri se cantonne préférentiellement dans les régions froides. En France, il est recensé principalement dans l’est du pays. Les populations les plus importantes sont localisées dans les massifs montagneux : Vosges, Jura et Alpes. Il est peu cité en Savoie par les botanistes des XIXe et XXe siècles et reste de nos jours relativement méconnu en Vanoise (répertorié dans seulement cinq communes). Compte tenu des nombreux biotopes qui lui sont favorables sur ce massif, tant en Maurienne qu’en Tarentaise, il est probablement plus répandu que ne le laisse supposer la carte de distribution ci-contre.
Menaces et préservation
En Vanoise, comme ailleurs, le drainage des zones humides est le principal facteur qui entraîne la disparition des milieux de vie de cette plante protégée. Une meilleure connaissance de la localisation des zones humides et leur prise en compte dans les aménagements et pratiques de loisirs sur l’ensemble du territoire du Parc, devraient permettre d’enrayer leur régression et donc de maintenir des milieux favorables aux populations de Dactylorhiza traunsteineri. L’inventaire localisé reste par ailleurs à poursuivre pour mieux connaître les dactylorhizes du massif de la Vanoise.
Source : Parc national de la Vanoise
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Dactylorchis traunsteineri (Saut.) Verm., 1949 | Dactylorhiza majalis subsp. traunsteineri (Saut.) H.Sund., 1980 | Orchis maculata subsp. traunsteineri (Saut.) Douin, 1931 | Orchis traunsteineri Saut. ex Rchb., 1830 | Orchis traunsteineri Saut. ex W.D.J.Koch, 1837 | Orchis traunsteineri Saut., 1837

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles